mardi 25 avril 2017

{Chronique} Yin et le dragon, tome 2, Les écailles d'or







Auteur : Richard Marazano
Dessinateur : Xu Yao
Editions : Rue de Sèvres
Collection : -
Date de parution : 26 avril 2017
Nombre de page : 60 pages









Yin et son grand-père se sont habitués à la présence du Dragon d'or, qui les aide dans leur pêche quotidienne. Mais la guerre fait rage à Shanghai : derrière les assauts de l'armée japonaise, qui donnent lieu au terrible massacre de Nankin, c'est le Dieu Xi Qong, maître des Dragons, qui s'exprime pour dominer le monde des hommes. Tandis que Yin et ses amis survivent tant bien que mal à l'invasion japonaise, le dragon d'or, qui s'est affranchi de Xi Qong, va tenter d'affronter son ancien maître. Mais sera-t-il assez puissant face à ces forces de l'ombre ?

Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions des Rue de Sèvres qui m'ont déjà permis de découvrir le premier tome de cette saga, et qui me permettent, cette année, de découvrir le second. Si vous vous souvenez bien, j'avais beaucoup aimé le premier tome, mais plusieurs questions restaient en suspens. Ici, j'ai été comblée !

Pour faire un petit rappel sur l'histoire, et sans vouloir pour autant vous spoiler, ici nous allons rencontrer Yin, une petite fille qui vit seule avec son grand père, Liu. Très attaché à elle qui est sa dernière famille, Liu est très protecteur et refuse assez souvent que sa petite fille l'accompagne à la pêche. Un jour, Yin va se cacher dans le bateau, et va malgré tout accompagné son grand père. Sauf que cette fois la, la pêche ne ressemblera pas aux précédentes...

Une fois encore, j'aime beaucoup ce que fais Marazano, et ici, les dessins de Xu Yao sont sublimes. C'est d'ailleurs ce qui m'avait attiré dans le premier tome, et qui est parfaitement bien conservé dans ce second tome. Les couleurs sont les mêmes, l'ambiance également, et au delà du coup de crayon du dessinateur qui ne va pas changer, c'est évident, ici j'ai vraiment eu le sentiment que ce dernier cherchait à ne pas du tout nous dépayser. J'ai beaucoup aimé cet aspect, que j'ai trouvé plus marqué que dans beaucoup d'autres BD.

Pour ce qui est du personnage de Yin, je l'avais adoré dans le premier tome. Une petite fille courageuse, qui n'a pas froid aux yeux, un peu impulsive, mais qui réfléchit de plus en plus. Elle est plein d'audace, mais derrière ça se sache un petit coeur qui a besoin de son grand père. Liu lui, est pus craintif, et ce parce qu'il à une peur bleue de perdre son adorable petite fille un jour... Elle est sa seule famille. Mais ces deux la font un duo de choc, surtout dans cette aventures qu'ils vivent...

Evidemment, puisque c'est sur la couverture, vous vous doutez bien qu'on va parler ici de dragons. Mais pas un dragons comme les autres, nous ne sommes pas dans un contes imaginaires, mais dans une histoire avec des batailles, des guerres, et un combat permanent. Dans le premier tome, je trouvais que la fin arrivait trop rapidement, et j'avais un gout de "pas assez" en refermant mon livre. Ici, pas mal de mes questions ont trouvés des réponses, ce qui fait que j'ai d'avantage aimé ce second tome. Evidemment, nous sommes encore sur une fin ouverte, et j'ai hâte de pouvoir découvrir le troisième et dernier tome de cette saga.

Entre mignonnerie et vrai combat, si vous aussi vous aimez les éléments contradictoires comme moi, vous aimerez sans aucun doute cette BD (et puis, je ne le répète jamais assez, mais les Editions des Rue de Sèvres sont pour moi une des meilleures maison d'édition de BD).

lundi 24 avril 2017

{Chronique} Phobos, tome 1








Auteur : Victor Dixen
Editions : Robert Lafon
Collection : Collection R
Date de parution : 11 Juin 2015
Nombre de pages : 432 pages









Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis

Quand ce livre est sorti, je suis passé complètement à côté. La couverture ne me plaisait pas, le résumé ne me disait rien, et j'ai mis du temps à vraiment m'y intéresser. Suite à plusieurs chroniques et vidéos, je me suis enfin décidé à le mettre dans ma WL, et quelques temps après, je me le suis procuré. Au final, je n'ai aucun regrets.

Ici, nous allons suivre une aventure plutôt hors du commun. Le programme Genesis. Ce programme vise à peupler la planète mars, en prévention de la fin du monde. Pour intégrer ce programme, 12 adolescents vont être sélectionnés : 6 filles et 6 garçons. Une fois embarqué dans le vaisseau, il se passera 5 mois avant qu'ils n'atterrissent sur Mars, et durant ces 5 mois, chaque jour, un speed dating sera organisé afin qu'un garçon et une fille se rencontre. Le but ? Formez six couples, qui auront pour mission de procréer et de peupler la planète mars afin d'y rendre la vie possible. Entre espoir, peur, et doutes, il faut être sur de soi avant d'embarquer... Et une fois embarqué, il faut être conscient qu'on ne pourra plus reculer...

Je n'avais jamais mu de Victor Dixen, bien que j'ai entendu parler de lui à plusieurs reprises. Comme je vous le disais, je ne voulais pas me lancer dans cette saga au début, et puis finalement... Au de la du style d'écriture à proprement parlé, ce que j'ai aimé ici, c'est la manière dont était organisée l'histoire. Tantôt au sein du vaisseau, en train de suivre Léonor, une des six jeunes filles en partance pour Mars, tantôt à la base d'organisation du programme Genesis, tantôt en dehors de ces deux lieux, bref... Ici, on voyage. Et très vite on comprend pourquoi. En plus de ça, vous le savez maintenant, j'aime les chapitres courts, et la, on est servi ! 72 chapitres au total, alors forcément, ils sont relativement court. Malheureusement, pour écrire cette chronique, je vais être confronté à un problème : le fait de ne rien vouloir vous révéler en dehors de ce que vous savez déjà grâce au résumé.

Effectivement, ici, je vais faire court en ne vous parlant que de Léonor assez rapidement, ainsi que de Serena, deux personnages clé selon moi. Léonor est une des 6 participantes, et elle à un tempérament assez particulier. Réservée, un peu à l'écart, au début elle ne croit pas du tout en l'amour. Elle, elle à fait le choix de partir juste pour... partir. Elle n'aime pas sa vie sur Terre et veut la fuir. Mais au fur et à mesure du temps, Léonor va finalement se prendre au jeu, et changer un peu d'avis sur ce qu'elle pensait de ce voyage... Elle va se révéler, et j'ai aimé cet aspect : le fait qu'elle soit si mystérieuse, même encore à la fin, bien qu'on en sache beaucoup plus qu'au tout début. Serena quand à elle, est la présentatrice de l'émission, et une des créatrices. Ambitieuse, elle est prête à tout pour avoir du succès... Et quand je dis tout, c'est vraiment tout. Ce n'est pas un personnage que j'ai apprécié, mais malgré tout, j'ai hâte d'en savoir plus, parce que je suis sure qu'elle nous cache encore beaucoup de choses...

Et c'est maintenant que cette chronique va se terminer puisque je ne veux pas vraiment vous dire ce que j'ai pensé de cette histoire, si ce n'est que j'ai beaucoup beaucoup aimé et que j'ai très hâte d'en savoir plus. Beaucoup de questions restent en suspens et j'ai hâte d'avoir mes réponses. Malheureusement, au risque de vous gâcher quoi que ce soit, je préfère ne rien vous dire de plus, pour que vous puissiez vous y pencher de la même manière que moi, en toute ignorance.

Je vous conseille vivement cette saga si vous ne la connaissez pas, parce qu'elle vaut vraiment la peine d'être lue.

vendredi 21 avril 2017

{Chronique} Everything everything








Auteure : Nicola Yoon
Editions : Bayard
Collection : -
Date de parution : 2 février 2017
Nombre de page : 360 pages








Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Mon avis

J'ai entendu parler de ce livre sur plusieurs blogs et chaines Youtube. Au début, je n'étais pas trop convaincue, et puis à force d'en entendre que du bien, j'ai fini par céder. J'ai eu un peu peur au début, puisque souvent, quand il y a un tel engouement autour d'un livre, je suis déçue. Seulement, ici, ça n'a pas du tout été le cas, mais vraiment pas...

Dans cette histoire, nous allons rencontrer Madeline, une jeune fille atteinte de la maladie de l'enfant bulle. Elle à 17 ans, et elle n'est jamais sorti de chez elle. La maladie la prive de toute liberté, et elle s'est donc réfugié dans les livres. Elle occupe son temps comme elle peut, entre ses cours par correspondance, les jeux de société avec sa mère et les discussions avec son infirmière. Madeline à également perdu son père et son frère quand elle avait 4 mois, dans un accident de voiture. Alors depuis, sa routine est bien en place. Mais un jour, ses voisins déménagent, et à la place arrive une famille dont l'ainé, Olly, est un garçon qui à tout d'intriguant. Forcément, Madeline commence à s'intéresser à lui, et petit à petit, elle le sait, des sentiments sont en train de naître. Mais quand on est malade, et qu'on ne peut pas sortir de chez soi, comment peut-on rêver à une histoire d'amour ?

Ce livre est le premier de Nicola Yoon, et mon Dieu, quelle réussite ! Je ne vous le cache pas, je n'ai pas seulement eu un coup de coeur pour ce roman, mais plutôt un coup de foudre. Cette histoire restera gravé dans ma mémoire pour le reste de ma vie, j'en suis certaine. La plume de l'auteure est tellement captivante... Un mélange de douceur et de brutalité, de confort et d'inconfort, je ne saurai même pas vous la décrire. Entre poème et texte brut, ici, nous passons par tout un tas d'émotions toute plus contradictoires les unes que les autres. En plus de cette plume magnifique, ici, le roman se compose de chapitres courts, d'illustrations, d'échange de mail, de messages instantanés, de bilan médicaux, bref... On ne trouve pas que du texte, et du coup, ça en fait un roman très rythmé. Pour toute vous dire, une fois que je l'ai ouvert, je n'ai simplement pas réussi à le refermer avant de l'avoir terminé.

J'ai adoré Maddy, du plus profond de mon coeur. Cette jeune fille pleine de courage, de rêve, d'envie de vivre m'a donné des claques. Elle est malade, mais elle ne se plaint pas. C'est comme ça, elle à toujours été comme ça et elle fait avec. Elle ne s'est pas enfermé dans un monde sans saveur, elle à construit le sien au travers des livres qu'elle lit, au travers de tout ce qu'elle observe depuis sa fenêtre. C'est une jeune fille aimante, reconnaissante, douce, patiente et en même temps... qui sait exactement ce qu'elle veut, et qui est prête à tout pour l'obtenir. Cette force m'a réellement impressionnée, voir couper le souffle. Elle est un exemple pour tellement de personne ! Je l'ai réellement adoré.

L'histoire en elle même est prenante, surprenante, excitante et parfois énervante. Beaucoup d'adjectif en -ante pour vous dire une seule chose : elle est incroyable. Je ne saurai même pas vous dire ce que j'ai le plus aimé, puisqu'au final, j'ai tout aimé ici. Les retournements de situation m'ont donné espoir et m'ont fait peur en même temps, la routine m'a rassuré et m'a apaisé, les moments délicat m'ont fait pleurer. Je ne veux pas vous résumer l'histoire, ou vous parler d'un ou plusieurs passages, parce que vraiment, vous devez découvrir ce livre. Tout y est comme je vous le disais : les joies, les tristesses, le désespoir, et puis l'envie de tout foutre en l'air, la violence de l'envie de vivre... Je ne sais même pas si je parviens à vous faire passer le message tellement ce livre est une pépite d'or. 

Alors puisque cette chronique commence à être confuse, je vais la clôturer en vous implorant de lire ce livre. Si vous êtes ici, c'est que vous aimez lire, et si vous aimez lire, vous devez lire Everything everything. Et pour être honnête, je ne sais même pas si j'irai voir le film. Le livre est tellement bon, que le film sera forcément pas assez à la hauteur, et je ne veux rien gâcher de cette pépite d'or.

jeudi 20 avril 2017

{Chronique} Calendar Girl, tome 4, Avril








Auteure : Audrey Carlan
Editions : Hugo & Compagnie
Collection : New Romance
Date de parution : 6 Avril 2017
Nombre de page : 156 pages










Le premier contact avec Mason Murphy est assez rude ! Le joueur phare de l’équipe des Red Sox est un véritable goujat. Mais il ne connaît pas encore le caractère bien trempé de Mia qui va rapidement le faire changer d’attitude.

Un mois entourée des joueurs de son équipe de base-ball favorite, Mia est aux anges. Pourtant, son bonheur va être entaché d’une mauvaise nouvelle. Pourra t-elle surmonter cette déception ?

Mon avis

Vous le savez maintenant si vous me suivez ici depuis ce début d'année, je me suis lancée dans la saga Calendar Girl sans trop avoir d'attente. Je pensais même abandonner assez rapidement, mais finalement, l'addiction est bien présente, et chaque mois je suis ravie de retrouver Mia.

Une fois n'est pas coutume, je vais vous résumer non pas ce tome, mais la saga en général. Mia est une jeune femme qui connait bien des difficultés. Seule avec sa soeur et son père, elle doit apprendre à vivre avec les addictions de ce dernier : l'alcool et les jeux. Dernièrement, son père à perdu 1 million de dollars lors d'un pari, et sans pouvoir les rembourser, il s'est fait violemment attaquer. Depuis, Mia s'est mis en tête de trouver cet argent afin de sortir (une fois de plus) son père du pétrin. Pour elle, la solution est toute trouvée : elle va travailler pour sa tante, qui tient une entreprise d'escort girl. Tante Millie lui promet un contrat en or : chaque mois de l'année, Mia devra le passer avec un homme différent, et chaque mois, elle touchera au minimum 100 000 dollars. Si elle décide d'aller plus loin avec les hommes qui la paient, elle touchera un bonus de 20% supplémentaire, ce qui devrai lui permettre de réunir la somme en question dans l'année. Seulement, comment réagir face à tant d'hommes ? Mia réussira-t-elle à mettre suffisamment de barrières entre elle et eux ?

Je commence à réellement m'habituer à la plume d'Audrey Carlan, et sous peine de vous dire la même chose que pour les tomes précédents, je ne vais pas vous en parler longtemps. La première chose qui m'a choqué, et qui me choque encore, c'est la manière dont Mia parle à sa meilleure amie. Entre elles, les insultes vont bon train, et je n'arrive pas à m'y habituer. Je trouve cet aspect incroyablement cliché et plutôt déplaisant. Mais en dehors de ça, Audrey Carlan écrit très bien son histoire et la mène avec brio. C'est pour moi le seul point noir de son style d'écriture.

Pour ce qui est de Mia, qui est le personnage principal de cette histoire, j'aime beaucoup la voir évoluer, changer au fil des tomes. Au tout début de l'histoire, c'était une jeune femme mi déprimée, mi irréfléchis. Elle me semblait impulsive, et elle prenait ses décisions à la hâte. Elle avait également des avis tout fait sur certaines situations du quotidien, mais en 4 tomes, elle à déjà bien changé. Elle est plus calme, plus posée, elle s'ouvre l'esprit selon ses rencontres, et je trouve qu'elle réfléchit d'avantage. Bref, cette Mia, je l'aime de plus en plus. Ici, nous allons également rencontrer Mason, et parmi tous les hommes que l'on a rencontré jusqu'a maintenant, c'est de loin celui que j'aime le moins. Je ne vais pas m'étaler à son sujet mais brrrr... Je l'ai trouvé détestable, et ça m'a gâché un peu mon roman...

Ce tome 4 est celui qui m'a le moins emballé jusqu'à maintenant. Comme je vous le disais, je n'ai pas du tout aimé Mason, et du coup, tous les passages dans lesquels il était présent avait tendance à m'énerver. Alors forcément, comme c'est le second personnage le plus important, on le croise souvent, donc j'ai souvent été énervé par son comportement. Et puis je ne sais pas... Je trouve qu'à chaque fois, il se passe des choses que Mia essaie de régler, et je commence à en avoir "marre" de cette impression de déjà vu et déjà lu. Bon, je ne désespère pas, peut être que le tome 5 sera meilleur, et je le souhaite sincèrement parce que celui ci à été laborieux... Le seul point positif selon moi, c'est l'évolution de Mia dont je vous parlais dans le précédent paragraphe...

En quelques mots, même si c'est une saga que je ne me vois laisser tomber, je suis déçue par ce quatrième tome, et j'espère de tout coeur que le prochain sera meilleur...

mardi 18 avril 2017

{Chronique} Fleur de Bambou, tome 1







Auteur : Richard Marazano
Dessinatrice : Cat Zaza
Editions : Rue de Sèvres
Date de parution : 22 Mars 2017
Nombre de page : 52 pages









Tout allait dans la forêt jusqu’à ce que les bambous se mettent à fleurir, ce qui, comme chacun sait, annonce la mort imminente de ces arbres. Devant ce phénomène, les animaux parlementent et s’organisent : il faut réagir ! Une seule solution s’impose : partir en quête du grand esprit fondateur de la forêt, et lui demander de nouvelles graines de bambou. Panda Roux l’intrépide et la Fouine, nettement moins courageux, se mettent en route. Ils seront même accompagnés de la fille des hommes, habitante de la forêt elle aussi menacée et pas si terrifiante qu’on pourrait le croire de prime abord. Un parcours semé d’embûches et de rencontres les attend, où ils devront faire preuve d’ingéniosité et de solidarité.

Mon avis

La première chose qui m'a frappé dans cette BD, c'est les dessins. Je me suis ensuite penchée sur le résumé, et j'ai été encore plus conquise. J'étais sure d'aimer cette histoire, et je ne me suis pas trompée. Je remercie les éditions des Rue de Sèvres pour cette superbe découverte.

Dans cette histoire toute charmante, nous allons rencontrer les habitants d'une forêt en voie de disparition. En effet, suite à la découverte de Panda Roux, les habitants vont se rendre compte que les bambous commencent à fleurir. Sauf que tout le monde le sait, après que les bambous aient fleuris, ils faneront, et c'est toute la population de la forêt qui est menacé. Panda Roux va donc décidé d'aller rencontrer le grand esprit fondateur de la forêt afin de lui demander de l'aide, et plus précisément des graines pour pouvoir repeupler la forêt de ses beaux et bons bambous. Dans cette grande aventure, tout ne va pas être simple pour Panda Roux, et les obstacles seront nombreux...

Comme je vous le disais, j'ai été charmée par le coup de crayon de Cat Zaza, et quand j'ai vu que nous parlions ici d'animaux , j'ai été tout de suite séduite. Pour couronner le tout, cette histoire s'apparente à un conte, ou une fable, alors bref... Des animaux, un beau coup de crayon, une forêt, et un conte, tous les éléments étaient réunis pour que cette histoire me plaise. Il y a des planches qui sont magnifiques, et le détail est parfaitement bien travaillé. J'ai adoré !

Je ne vais pas m'étaler sur les personnages, puisqu'on en voit principalement deux dans ce premier tome. Panda Roux, très courageux et avec une volonté de fer pour ce qui est de sauver sa forêt et ses amis, et la Fouine, un peu peureux, pas mal râleur et qui m'a fait rire du début à la fin. Ces deux la forment un duo de choc, et je trouve que leur deux personnalités s'accordent à la perfection.

Enfin, pour ce qui est de l'histoire, elle m'a elle aussi beaucoup plu. La reconstruction d'une forêt, on en parle pas souvent dans les livres, pas assez en tout cas. Ici, l'auteur nous fait bien comprendre qu'il est important de les préserver, sans pour autant tomber dans le genre de sujet que l'on trouve généralement : l'impact de l'homme sur la nature. Ici, il n'est pas question de ça, mais plutôt de la nature en elle même. J'ai trouvé cette histoire toute mignonne, vraiment, et même si elle se lit en quelques minutes, et qu'on en redemande, elle est bien complète.

Etant donné que c'est un premier tome, j'imagine qu'un tome 2 sortira tôt ou tard, et le plus tôt sera le mieux !

lundi 17 avril 2017

{Chronique} Bye bye Bollywood








Auteure : Hélène Couturier
Editions : Syros
Collection : -
Date de parution : 13 Avril 2017
Nombre de page : 213 pages








Quand ma mère nous a annoncé qu’on partait en vacances en Inde, ma sœur s’est direct imaginée en mode « Bollywood », façon princesse indienne. Plus mesurée, j'ai pensé que j'avais la meilleure maman du monde, ce qui n’arrive pas souvent. Puis j’ai compris qu'elle nous emmenait dans un ashram. Traduction : délire yoga-méditation, riz complet et partage des tâches ménagères ! Ça m’a anéantie. Et encore, j’ignorais qu’une fois là-bas, il n’y aurait pas de réseau et que le seul jeune de mon âge, Jésus, serait un matheux sans pitié. Mais…… Comme le dit le proverbe indien : « Tant qu’il y a de l’amour, tout est possible » !

Mon avis

Je tiens à remercier mon partenaire LP conseil ainsi que les éditions Syros pour cet envoi. En ouvrant mon colis, j'ai eu la très agréable surprise de voir que l'auteure m'avait dédicacé le livre, et j'ai été très touchée par cette petite attention. Je remercie donc également Hélène Couturier pour ce petit cadeau supplémentaire.

Ici, nous allons rencontrer Anna, une jeune fille de 15 ans en pleine "crise d'ado". Anna vit avec sa mère et sa petite soeur, puisque son père vit à l'étranger depuis leur séparation. Alors qu'elle rencontre tout un tas d'obstacle dans ses relations avec sa mère et sa soeur, Anna va apprendre une grande nouvelle : sa mère les emmène deux semaines en vacance en Inde. Pour Anna, un rêve se réalise, elle qui est fascinée par leur culture et par leur art. Enfin... Jusqu'a ce que sa mère leur apprenne que ce voyage se fera dans un ashram, un genre de centre pour la pratique du Yoga. Puisque oui, sa mère est une grande fan de yoga. Pour Anna, c'est le drame. Passer deux semaines dans un centre privé d'internet, de réseau mobile et de toute distraction, ça ne lui fait pas envie du tout. Pourtant, sur place, elle va vite changer d'avis.

J'ai découvert cette auteure à travers ce livre, et je dois avouer que j'ai été séduite. J'ai beaucoup aimé son style d'écriture, toute les petites traces d'humour que l'on peut trouver tout au long du roman, et qui m'ont fait sourire à plusieurs reprises. Hélène parvient parfaitement à se mettre dans la peau d'une adolescente de 15 ans, qui veut surtout profiter de ses amis. Sans tomber dans le cliché de la crise d'ado, elle parvient à parfaitement manier le caractère d'Anna pour en faire un personnage presque réel. Ici, nous sommes sur un roman assez court, et je trouve que ça constitue aussi un point positif : nous n'avons pas de longueurs, on ne s'ennuie pas, chaque passage à un sens bien précis dans le roman en général. Bref, carton plein pour Hélène !

Je vais ici me concentrer sur Anna, puisque les personnages secondaires sont, comme leur nom l'indique, secondaire, et que je ne veux pas gâcher la moindre surprise. Anna est une jeune fille qui se cherche, et ça se voit. A 15 ans, forcément, les relations avec nos parents ne sont pas à leur apogée. Alors Anna ne déroge pas à cette règle, et elle aussi à du mal à bien s'entendre avec sa mère. Un peu impulsive, assez nerveuse, elle est toute fois pleine de douceur et de délicatesse (quand elle le veut). Très vite, nous allons nous rendre compte qu'Anna à le coeur sur la main, et qu'elle ne supporte pas l'injustice. Au final, même si elle m'agaçait au début, a cause de ses caprices, j'ai appris à l'apprécier pour ce qu'elle est vraiment et pas seulement pour ce qu'elle veut faire croire.

Parlons maintenant de l'histoire. Je dois avouer qu'au début, j'avais un peu de mal avec cette histoire. Je la trouvais très jeunesse, et peut être un peu trop à mon gout. Mais finalement, j'ai été très surprise par la tournure que prend l'histoire, et je ne m'attendais pas du tout à ça. L'auteure veut clairement faire passer un message au travers de son histoire, et avec moi en tout cas, le message est passé. Je ne voudrai pas trop vous en dire, pour vous laisser l'opportunité d'être aussi surpris que je l'ai été, alors je pense m'arrêter la, mais sachez que c'est un roman très intéressant dans lequel on apprend beaucoup de chose sur la culture indienne.

Vous l'aurez donc compris, même si j'avais quelques doutes au début de ma lecture, j'ai finalement vraiment beaucoup aimé ce livre, et je ne regrette absolument pas d'avoir insisté et de ne pas l'abandonner. Je vous le recommande, bien sur, mais je vous recommande surtout de ne pas le lâcher si les débuts sont un peu difficiles.