mardi 25 avril 2017

{Chronique} Yin et le dragon, tome 2, Les écailles d'or







Auteur : Richard Marazano
Dessinateur : Xu Yao
Editions : Rue de Sèvres
Collection : -
Date de parution : 26 avril 2017
Nombre de page : 60 pages









Yin et son grand-père se sont habitués à la présence du Dragon d'or, qui les aide dans leur pêche quotidienne. Mais la guerre fait rage à Shanghai : derrière les assauts de l'armée japonaise, qui donnent lieu au terrible massacre de Nankin, c'est le Dieu Xi Qong, maître des Dragons, qui s'exprime pour dominer le monde des hommes. Tandis que Yin et ses amis survivent tant bien que mal à l'invasion japonaise, le dragon d'or, qui s'est affranchi de Xi Qong, va tenter d'affronter son ancien maître. Mais sera-t-il assez puissant face à ces forces de l'ombre ?

Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions des Rue de Sèvres qui m'ont déjà permis de découvrir le premier tome de cette saga, et qui me permettent, cette année, de découvrir le second. Si vous vous souvenez bien, j'avais beaucoup aimé le premier tome, mais plusieurs questions restaient en suspens. Ici, j'ai été comblée !

Pour faire un petit rappel sur l'histoire, et sans vouloir pour autant vous spoiler, ici nous allons rencontrer Yin, une petite fille qui vit seule avec son grand père, Liu. Très attaché à elle qui est sa dernière famille, Liu est très protecteur et refuse assez souvent que sa petite fille l'accompagne à la pêche. Un jour, Yin va se cacher dans le bateau, et va malgré tout accompagné son grand père. Sauf que cette fois la, la pêche ne ressemblera pas aux précédentes...

Une fois encore, j'aime beaucoup ce que fais Marazano, et ici, les dessins de Xu Yao sont sublimes. C'est d'ailleurs ce qui m'avait attiré dans le premier tome, et qui est parfaitement bien conservé dans ce second tome. Les couleurs sont les mêmes, l'ambiance également, et au delà du coup de crayon du dessinateur qui ne va pas changer, c'est évident, ici j'ai vraiment eu le sentiment que ce dernier cherchait à ne pas du tout nous dépayser. J'ai beaucoup aimé cet aspect, que j'ai trouvé plus marqué que dans beaucoup d'autres BD.

Pour ce qui est du personnage de Yin, je l'avais adoré dans le premier tome. Une petite fille courageuse, qui n'a pas froid aux yeux, un peu impulsive, mais qui réfléchit de plus en plus. Elle est plein d'audace, mais derrière ça se sache un petit coeur qui a besoin de son grand père. Liu lui, est pus craintif, et ce parce qu'il à une peur bleue de perdre son adorable petite fille un jour... Elle est sa seule famille. Mais ces deux la font un duo de choc, surtout dans cette aventures qu'ils vivent...

Evidemment, puisque c'est sur la couverture, vous vous doutez bien qu'on va parler ici de dragons. Mais pas un dragons comme les autres, nous ne sommes pas dans un contes imaginaires, mais dans une histoire avec des batailles, des guerres, et un combat permanent. Dans le premier tome, je trouvais que la fin arrivait trop rapidement, et j'avais un gout de "pas assez" en refermant mon livre. Ici, pas mal de mes questions ont trouvés des réponses, ce qui fait que j'ai d'avantage aimé ce second tome. Evidemment, nous sommes encore sur une fin ouverte, et j'ai hâte de pouvoir découvrir le troisième et dernier tome de cette saga.

Entre mignonnerie et vrai combat, si vous aussi vous aimez les éléments contradictoires comme moi, vous aimerez sans aucun doute cette BD (et puis, je ne le répète jamais assez, mais les Editions des Rue de Sèvres sont pour moi une des meilleures maison d'édition de BD).

lundi 24 avril 2017

{Chronique} Phobos, tome 1








Auteur : Victor Dixen
Editions : Robert Lafon
Collection : Collection R
Date de parution : 11 Juin 2015
Nombre de pages : 432 pages









Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis

Quand ce livre est sorti, je suis passé complètement à côté. La couverture ne me plaisait pas, le résumé ne me disait rien, et j'ai mis du temps à vraiment m'y intéresser. Suite à plusieurs chroniques et vidéos, je me suis enfin décidé à le mettre dans ma WL, et quelques temps après, je me le suis procuré. Au final, je n'ai aucun regrets.

Ici, nous allons suivre une aventure plutôt hors du commun. Le programme Genesis. Ce programme vise à peupler la planète mars, en prévention de la fin du monde. Pour intégrer ce programme, 12 adolescents vont être sélectionnés : 6 filles et 6 garçons. Une fois embarqué dans le vaisseau, il se passera 5 mois avant qu'ils n'atterrissent sur Mars, et durant ces 5 mois, chaque jour, un speed dating sera organisé afin qu'un garçon et une fille se rencontre. Le but ? Formez six couples, qui auront pour mission de procréer et de peupler la planète mars afin d'y rendre la vie possible. Entre espoir, peur, et doutes, il faut être sur de soi avant d'embarquer... Et une fois embarqué, il faut être conscient qu'on ne pourra plus reculer...

Je n'avais jamais mu de Victor Dixen, bien que j'ai entendu parler de lui à plusieurs reprises. Comme je vous le disais, je ne voulais pas me lancer dans cette saga au début, et puis finalement... Au de la du style d'écriture à proprement parlé, ce que j'ai aimé ici, c'est la manière dont était organisée l'histoire. Tantôt au sein du vaisseau, en train de suivre Léonor, une des six jeunes filles en partance pour Mars, tantôt à la base d'organisation du programme Genesis, tantôt en dehors de ces deux lieux, bref... Ici, on voyage. Et très vite on comprend pourquoi. En plus de ça, vous le savez maintenant, j'aime les chapitres courts, et la, on est servi ! 72 chapitres au total, alors forcément, ils sont relativement court. Malheureusement, pour écrire cette chronique, je vais être confronté à un problème : le fait de ne rien vouloir vous révéler en dehors de ce que vous savez déjà grâce au résumé.

Effectivement, ici, je vais faire court en ne vous parlant que de Léonor assez rapidement, ainsi que de Serena, deux personnages clé selon moi. Léonor est une des 6 participantes, et elle à un tempérament assez particulier. Réservée, un peu à l'écart, au début elle ne croit pas du tout en l'amour. Elle, elle à fait le choix de partir juste pour... partir. Elle n'aime pas sa vie sur Terre et veut la fuir. Mais au fur et à mesure du temps, Léonor va finalement se prendre au jeu, et changer un peu d'avis sur ce qu'elle pensait de ce voyage... Elle va se révéler, et j'ai aimé cet aspect : le fait qu'elle soit si mystérieuse, même encore à la fin, bien qu'on en sache beaucoup plus qu'au tout début. Serena quand à elle, est la présentatrice de l'émission, et une des créatrices. Ambitieuse, elle est prête à tout pour avoir du succès... Et quand je dis tout, c'est vraiment tout. Ce n'est pas un personnage que j'ai apprécié, mais malgré tout, j'ai hâte d'en savoir plus, parce que je suis sure qu'elle nous cache encore beaucoup de choses...

Et c'est maintenant que cette chronique va se terminer puisque je ne veux pas vraiment vous dire ce que j'ai pensé de cette histoire, si ce n'est que j'ai beaucoup beaucoup aimé et que j'ai très hâte d'en savoir plus. Beaucoup de questions restent en suspens et j'ai hâte d'avoir mes réponses. Malheureusement, au risque de vous gâcher quoi que ce soit, je préfère ne rien vous dire de plus, pour que vous puissiez vous y pencher de la même manière que moi, en toute ignorance.

Je vous conseille vivement cette saga si vous ne la connaissez pas, parce qu'elle vaut vraiment la peine d'être lue.

vendredi 21 avril 2017

{Chronique} Everything everything








Auteure : Nicola Yoon
Editions : Bayard
Collection : -
Date de parution : 2 février 2017
Nombre de page : 360 pages








Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Mon avis

J'ai entendu parler de ce livre sur plusieurs blogs et chaines Youtube. Au début, je n'étais pas trop convaincue, et puis à force d'en entendre que du bien, j'ai fini par céder. J'ai eu un peu peur au début, puisque souvent, quand il y a un tel engouement autour d'un livre, je suis déçue. Seulement, ici, ça n'a pas du tout été le cas, mais vraiment pas...

Dans cette histoire, nous allons rencontrer Madeline, une jeune fille atteinte de la maladie de l'enfant bulle. Elle à 17 ans, et elle n'est jamais sorti de chez elle. La maladie la prive de toute liberté, et elle s'est donc réfugié dans les livres. Elle occupe son temps comme elle peut, entre ses cours par correspondance, les jeux de société avec sa mère et les discussions avec son infirmière. Madeline à également perdu son père et son frère quand elle avait 4 mois, dans un accident de voiture. Alors depuis, sa routine est bien en place. Mais un jour, ses voisins déménagent, et à la place arrive une famille dont l'ainé, Olly, est un garçon qui à tout d'intriguant. Forcément, Madeline commence à s'intéresser à lui, et petit à petit, elle le sait, des sentiments sont en train de naître. Mais quand on est malade, et qu'on ne peut pas sortir de chez soi, comment peut-on rêver à une histoire d'amour ?

Ce livre est le premier de Nicola Yoon, et mon Dieu, quelle réussite ! Je ne vous le cache pas, je n'ai pas seulement eu un coup de coeur pour ce roman, mais plutôt un coup de foudre. Cette histoire restera gravé dans ma mémoire pour le reste de ma vie, j'en suis certaine. La plume de l'auteure est tellement captivante... Un mélange de douceur et de brutalité, de confort et d'inconfort, je ne saurai même pas vous la décrire. Entre poème et texte brut, ici, nous passons par tout un tas d'émotions toute plus contradictoires les unes que les autres. En plus de cette plume magnifique, ici, le roman se compose de chapitres courts, d'illustrations, d'échange de mail, de messages instantanés, de bilan médicaux, bref... On ne trouve pas que du texte, et du coup, ça en fait un roman très rythmé. Pour toute vous dire, une fois que je l'ai ouvert, je n'ai simplement pas réussi à le refermer avant de l'avoir terminé.

J'ai adoré Maddy, du plus profond de mon coeur. Cette jeune fille pleine de courage, de rêve, d'envie de vivre m'a donné des claques. Elle est malade, mais elle ne se plaint pas. C'est comme ça, elle à toujours été comme ça et elle fait avec. Elle ne s'est pas enfermé dans un monde sans saveur, elle à construit le sien au travers des livres qu'elle lit, au travers de tout ce qu'elle observe depuis sa fenêtre. C'est une jeune fille aimante, reconnaissante, douce, patiente et en même temps... qui sait exactement ce qu'elle veut, et qui est prête à tout pour l'obtenir. Cette force m'a réellement impressionnée, voir couper le souffle. Elle est un exemple pour tellement de personne ! Je l'ai réellement adoré.

L'histoire en elle même est prenante, surprenante, excitante et parfois énervante. Beaucoup d'adjectif en -ante pour vous dire une seule chose : elle est incroyable. Je ne saurai même pas vous dire ce que j'ai le plus aimé, puisqu'au final, j'ai tout aimé ici. Les retournements de situation m'ont donné espoir et m'ont fait peur en même temps, la routine m'a rassuré et m'a apaisé, les moments délicat m'ont fait pleurer. Je ne veux pas vous résumer l'histoire, ou vous parler d'un ou plusieurs passages, parce que vraiment, vous devez découvrir ce livre. Tout y est comme je vous le disais : les joies, les tristesses, le désespoir, et puis l'envie de tout foutre en l'air, la violence de l'envie de vivre... Je ne sais même pas si je parviens à vous faire passer le message tellement ce livre est une pépite d'or. 

Alors puisque cette chronique commence à être confuse, je vais la clôturer en vous implorant de lire ce livre. Si vous êtes ici, c'est que vous aimez lire, et si vous aimez lire, vous devez lire Everything everything. Et pour être honnête, je ne sais même pas si j'irai voir le film. Le livre est tellement bon, que le film sera forcément pas assez à la hauteur, et je ne veux rien gâcher de cette pépite d'or.

jeudi 20 avril 2017

{Chronique} Calendar Girl, tome 4, Avril








Auteure : Audrey Carlan
Editions : Hugo & Compagnie
Collection : New Romance
Date de parution : 6 Avril 2017
Nombre de page : 156 pages










Le premier contact avec Mason Murphy est assez rude ! Le joueur phare de l’équipe des Red Sox est un véritable goujat. Mais il ne connaît pas encore le caractère bien trempé de Mia qui va rapidement le faire changer d’attitude.

Un mois entourée des joueurs de son équipe de base-ball favorite, Mia est aux anges. Pourtant, son bonheur va être entaché d’une mauvaise nouvelle. Pourra t-elle surmonter cette déception ?

Mon avis

Vous le savez maintenant si vous me suivez ici depuis ce début d'année, je me suis lancée dans la saga Calendar Girl sans trop avoir d'attente. Je pensais même abandonner assez rapidement, mais finalement, l'addiction est bien présente, et chaque mois je suis ravie de retrouver Mia.

Une fois n'est pas coutume, je vais vous résumer non pas ce tome, mais la saga en général. Mia est une jeune femme qui connait bien des difficultés. Seule avec sa soeur et son père, elle doit apprendre à vivre avec les addictions de ce dernier : l'alcool et les jeux. Dernièrement, son père à perdu 1 million de dollars lors d'un pari, et sans pouvoir les rembourser, il s'est fait violemment attaquer. Depuis, Mia s'est mis en tête de trouver cet argent afin de sortir (une fois de plus) son père du pétrin. Pour elle, la solution est toute trouvée : elle va travailler pour sa tante, qui tient une entreprise d'escort girl. Tante Millie lui promet un contrat en or : chaque mois de l'année, Mia devra le passer avec un homme différent, et chaque mois, elle touchera au minimum 100 000 dollars. Si elle décide d'aller plus loin avec les hommes qui la paient, elle touchera un bonus de 20% supplémentaire, ce qui devrai lui permettre de réunir la somme en question dans l'année. Seulement, comment réagir face à tant d'hommes ? Mia réussira-t-elle à mettre suffisamment de barrières entre elle et eux ?

Je commence à réellement m'habituer à la plume d'Audrey Carlan, et sous peine de vous dire la même chose que pour les tomes précédents, je ne vais pas vous en parler longtemps. La première chose qui m'a choqué, et qui me choque encore, c'est la manière dont Mia parle à sa meilleure amie. Entre elles, les insultes vont bon train, et je n'arrive pas à m'y habituer. Je trouve cet aspect incroyablement cliché et plutôt déplaisant. Mais en dehors de ça, Audrey Carlan écrit très bien son histoire et la mène avec brio. C'est pour moi le seul point noir de son style d'écriture.

Pour ce qui est de Mia, qui est le personnage principal de cette histoire, j'aime beaucoup la voir évoluer, changer au fil des tomes. Au tout début de l'histoire, c'était une jeune femme mi déprimée, mi irréfléchis. Elle me semblait impulsive, et elle prenait ses décisions à la hâte. Elle avait également des avis tout fait sur certaines situations du quotidien, mais en 4 tomes, elle à déjà bien changé. Elle est plus calme, plus posée, elle s'ouvre l'esprit selon ses rencontres, et je trouve qu'elle réfléchit d'avantage. Bref, cette Mia, je l'aime de plus en plus. Ici, nous allons également rencontrer Mason, et parmi tous les hommes que l'on a rencontré jusqu'a maintenant, c'est de loin celui que j'aime le moins. Je ne vais pas m'étaler à son sujet mais brrrr... Je l'ai trouvé détestable, et ça m'a gâché un peu mon roman...

Ce tome 4 est celui qui m'a le moins emballé jusqu'à maintenant. Comme je vous le disais, je n'ai pas du tout aimé Mason, et du coup, tous les passages dans lesquels il était présent avait tendance à m'énerver. Alors forcément, comme c'est le second personnage le plus important, on le croise souvent, donc j'ai souvent été énervé par son comportement. Et puis je ne sais pas... Je trouve qu'à chaque fois, il se passe des choses que Mia essaie de régler, et je commence à en avoir "marre" de cette impression de déjà vu et déjà lu. Bon, je ne désespère pas, peut être que le tome 5 sera meilleur, et je le souhaite sincèrement parce que celui ci à été laborieux... Le seul point positif selon moi, c'est l'évolution de Mia dont je vous parlais dans le précédent paragraphe...

En quelques mots, même si c'est une saga que je ne me vois laisser tomber, je suis déçue par ce quatrième tome, et j'espère de tout coeur que le prochain sera meilleur...

mardi 18 avril 2017

{Chronique} Fleur de Bambou, tome 1







Auteur : Richard Marazano
Dessinatrice : Cat Zaza
Editions : Rue de Sèvres
Date de parution : 22 Mars 2017
Nombre de page : 52 pages









Tout allait dans la forêt jusqu’à ce que les bambous se mettent à fleurir, ce qui, comme chacun sait, annonce la mort imminente de ces arbres. Devant ce phénomène, les animaux parlementent et s’organisent : il faut réagir ! Une seule solution s’impose : partir en quête du grand esprit fondateur de la forêt, et lui demander de nouvelles graines de bambou. Panda Roux l’intrépide et la Fouine, nettement moins courageux, se mettent en route. Ils seront même accompagnés de la fille des hommes, habitante de la forêt elle aussi menacée et pas si terrifiante qu’on pourrait le croire de prime abord. Un parcours semé d’embûches et de rencontres les attend, où ils devront faire preuve d’ingéniosité et de solidarité.

Mon avis

La première chose qui m'a frappé dans cette BD, c'est les dessins. Je me suis ensuite penchée sur le résumé, et j'ai été encore plus conquise. J'étais sure d'aimer cette histoire, et je ne me suis pas trompée. Je remercie les éditions des Rue de Sèvres pour cette superbe découverte.

Dans cette histoire toute charmante, nous allons rencontrer les habitants d'une forêt en voie de disparition. En effet, suite à la découverte de Panda Roux, les habitants vont se rendre compte que les bambous commencent à fleurir. Sauf que tout le monde le sait, après que les bambous aient fleuris, ils faneront, et c'est toute la population de la forêt qui est menacé. Panda Roux va donc décidé d'aller rencontrer le grand esprit fondateur de la forêt afin de lui demander de l'aide, et plus précisément des graines pour pouvoir repeupler la forêt de ses beaux et bons bambous. Dans cette grande aventure, tout ne va pas être simple pour Panda Roux, et les obstacles seront nombreux...

Comme je vous le disais, j'ai été charmée par le coup de crayon de Cat Zaza, et quand j'ai vu que nous parlions ici d'animaux , j'ai été tout de suite séduite. Pour couronner le tout, cette histoire s'apparente à un conte, ou une fable, alors bref... Des animaux, un beau coup de crayon, une forêt, et un conte, tous les éléments étaient réunis pour que cette histoire me plaise. Il y a des planches qui sont magnifiques, et le détail est parfaitement bien travaillé. J'ai adoré !

Je ne vais pas m'étaler sur les personnages, puisqu'on en voit principalement deux dans ce premier tome. Panda Roux, très courageux et avec une volonté de fer pour ce qui est de sauver sa forêt et ses amis, et la Fouine, un peu peureux, pas mal râleur et qui m'a fait rire du début à la fin. Ces deux la forment un duo de choc, et je trouve que leur deux personnalités s'accordent à la perfection.

Enfin, pour ce qui est de l'histoire, elle m'a elle aussi beaucoup plu. La reconstruction d'une forêt, on en parle pas souvent dans les livres, pas assez en tout cas. Ici, l'auteur nous fait bien comprendre qu'il est important de les préserver, sans pour autant tomber dans le genre de sujet que l'on trouve généralement : l'impact de l'homme sur la nature. Ici, il n'est pas question de ça, mais plutôt de la nature en elle même. J'ai trouvé cette histoire toute mignonne, vraiment, et même si elle se lit en quelques minutes, et qu'on en redemande, elle est bien complète.

Etant donné que c'est un premier tome, j'imagine qu'un tome 2 sortira tôt ou tard, et le plus tôt sera le mieux !

lundi 17 avril 2017

{Chronique} Bye bye Bollywood








Auteure : Hélène Couturier
Editions : Syros
Collection : -
Date de parution : 13 Avril 2017
Nombre de page : 213 pages








Quand ma mère nous a annoncé qu’on partait en vacances en Inde, ma sœur s’est direct imaginée en mode « Bollywood », façon princesse indienne. Plus mesurée, j'ai pensé que j'avais la meilleure maman du monde, ce qui n’arrive pas souvent. Puis j’ai compris qu'elle nous emmenait dans un ashram. Traduction : délire yoga-méditation, riz complet et partage des tâches ménagères ! Ça m’a anéantie. Et encore, j’ignorais qu’une fois là-bas, il n’y aurait pas de réseau et que le seul jeune de mon âge, Jésus, serait un matheux sans pitié. Mais…… Comme le dit le proverbe indien : « Tant qu’il y a de l’amour, tout est possible » !

Mon avis

Je tiens à remercier mon partenaire LP conseil ainsi que les éditions Syros pour cet envoi. En ouvrant mon colis, j'ai eu la très agréable surprise de voir que l'auteure m'avait dédicacé le livre, et j'ai été très touchée par cette petite attention. Je remercie donc également Hélène Couturier pour ce petit cadeau supplémentaire.

Ici, nous allons rencontrer Anna, une jeune fille de 15 ans en pleine "crise d'ado". Anna vit avec sa mère et sa petite soeur, puisque son père vit à l'étranger depuis leur séparation. Alors qu'elle rencontre tout un tas d'obstacle dans ses relations avec sa mère et sa soeur, Anna va apprendre une grande nouvelle : sa mère les emmène deux semaines en vacance en Inde. Pour Anna, un rêve se réalise, elle qui est fascinée par leur culture et par leur art. Enfin... Jusqu'a ce que sa mère leur apprenne que ce voyage se fera dans un ashram, un genre de centre pour la pratique du Yoga. Puisque oui, sa mère est une grande fan de yoga. Pour Anna, c'est le drame. Passer deux semaines dans un centre privé d'internet, de réseau mobile et de toute distraction, ça ne lui fait pas envie du tout. Pourtant, sur place, elle va vite changer d'avis.

J'ai découvert cette auteure à travers ce livre, et je dois avouer que j'ai été séduite. J'ai beaucoup aimé son style d'écriture, toute les petites traces d'humour que l'on peut trouver tout au long du roman, et qui m'ont fait sourire à plusieurs reprises. Hélène parvient parfaitement à se mettre dans la peau d'une adolescente de 15 ans, qui veut surtout profiter de ses amis. Sans tomber dans le cliché de la crise d'ado, elle parvient à parfaitement manier le caractère d'Anna pour en faire un personnage presque réel. Ici, nous sommes sur un roman assez court, et je trouve que ça constitue aussi un point positif : nous n'avons pas de longueurs, on ne s'ennuie pas, chaque passage à un sens bien précis dans le roman en général. Bref, carton plein pour Hélène !

Je vais ici me concentrer sur Anna, puisque les personnages secondaires sont, comme leur nom l'indique, secondaire, et que je ne veux pas gâcher la moindre surprise. Anna est une jeune fille qui se cherche, et ça se voit. A 15 ans, forcément, les relations avec nos parents ne sont pas à leur apogée. Alors Anna ne déroge pas à cette règle, et elle aussi à du mal à bien s'entendre avec sa mère. Un peu impulsive, assez nerveuse, elle est toute fois pleine de douceur et de délicatesse (quand elle le veut). Très vite, nous allons nous rendre compte qu'Anna à le coeur sur la main, et qu'elle ne supporte pas l'injustice. Au final, même si elle m'agaçait au début, a cause de ses caprices, j'ai appris à l'apprécier pour ce qu'elle est vraiment et pas seulement pour ce qu'elle veut faire croire.

Parlons maintenant de l'histoire. Je dois avouer qu'au début, j'avais un peu de mal avec cette histoire. Je la trouvais très jeunesse, et peut être un peu trop à mon gout. Mais finalement, j'ai été très surprise par la tournure que prend l'histoire, et je ne m'attendais pas du tout à ça. L'auteure veut clairement faire passer un message au travers de son histoire, et avec moi en tout cas, le message est passé. Je ne voudrai pas trop vous en dire, pour vous laisser l'opportunité d'être aussi surpris que je l'ai été, alors je pense m'arrêter la, mais sachez que c'est un roman très intéressant dans lequel on apprend beaucoup de chose sur la culture indienne.

Vous l'aurez donc compris, même si j'avais quelques doutes au début de ma lecture, j'ai finalement vraiment beaucoup aimé ce livre, et je ne regrette absolument pas d'avoir insisté et de ne pas l'abandonner. Je vous le recommande, bien sur, mais je vous recommande surtout de ne pas le lâcher si les débuts sont un peu difficiles.

jeudi 13 avril 2017

{Chronique} Un peu plus que des amis








Auteurs : Michael Kun & Susan Muller
Editions :  Casterman
Collection : -
Date de parution : 12 Avril 2017
Nombre de page : 357 pages









Si vous êtes romantique, plein d'humour et d'espoir, 
si vous adorez l'idée qu'un garçon et qu'une fille qui s'écrivent des lettres en vrai, si vous aimez les grandes disputes et les belles réconciliations, si vous êtes fan de votre meilleur ami et qu'il est fan de vous...
Alors jetez-vous sur ce roman, il a été écrit pour vous.


Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier très chaleureusement la Maison d'édition Casterman pour cet envoi puisque, grâce à vous, j'ai pu avoir une très belle lecture coup de coeur en ce début du mois d'Avril. Ce livre est une petite pépite que tout le monde devrait pouvoir lire.

Dans ce roman, nous allons rencontrer Scott et Cath, les deux meilleurs amis que j'ai pu rencontrer jusqu'à maintenant. Nous allons les suivre à travers les lettres qu'ils vont s'envoyer pendant un an, dans les années 1980, première année lors de laquelle ils seront séparés. En effet, tandis que Cath est parti à l'Université pour étudier, Scott est resté pour travailler avec son père dans sa boutique de vêtements. Et ces deux la ont tellement besoin l'un de l'autre qu'ils sont incapable de passer deux jours sans d'envoyer une lettre. Leur année va être ponctuées de tout un tas de choses.. Amour, Haine, Dispute, Réconciliation, Peine, Travail, etc... Et nous allons donc les suivre, lors de cette année pas si facile que ça.

Je tiens tout d'abord à préciser que ce roman est un roman épistolaire, et qu'aucune des pages que l'on y trouve est autre chose qu'une lettre. Je sais que certains ont du mal avec les romans de ce genre, alors je préfère le préciser. Cependant, ce n'est pas du tout mon cas. Au contraire même ! J'aime beaucoup de genre d'écriture, ça change de ce qu'on peut voir d'habitude, ça rythme le roman, est ça nous donne d'avantage l'impression de voir vivre et évoluer nos personnages selon moi. Mais ici, en plus de trouver un roman épistolaire, j'ai surtout trouver des auteurs qui l'ont magnifiquement bien écrit. J'ai tout simplement adoré, ce livre est pour moi un véritable coup de coeur. Nous avons différent format de lettre, et tout y est ! Rien ne parait surjoué, tout semble tellement naturel que je me suis souvent demandé si ce livre n'était pas un véritable échange entre les deux auteurs, du temps de leurs études... C'est une pépite d'or selon moi.

La deuxième chose qui m'a comblée et réellement séduite ici, c'est les personnages. Nous allons rencontrer deux personnes complètement différente, mais qui s'assemble avec merveille. Cath est une jeune fille qui n'a pas froid aux yeux, qui à de l'ambition, du courage, et qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense. Je l'ai tout simplement adoré. J'ai souvent du mal avec les personnages féminins qui font trop "fifille" comme je le dis souvent, et ici je n'ai pas du tout eu cette sensation. Scott quand à lui, est plein de douceurs, de gentillesse, d'attention et de délicatesse. Ils forment pour moi le duo parfait, et ils peuvent sans cesse s'enrichir l'un de l'autre. En lisant ce livre, je n'arrêtais pas de me dire que c'était la plus belle histoire d'amitié que j'avais lu jusqu'a maintenant, et vraiment, c'est en grosse partie grâce à ces deux personnalités si charmante.

Pour ce qui est de l'intrigue, elle n'est pas très présente, mais ça ne constitue pas un défaut selon moi. Dés le départ, j'avais deviné la fin, mais comme je le dis souvent, je ne suis pas sure que les auteurs aient cherchés à mettre en place une sorte de suspens. Seulement, j'ai aimé voir le déroulement des choses, l'avancé de leur vie, à Scott comme à Cath. Toute l'histoire est très fluide, et même si la fin arrive d'un coup, je trouve que c'était nécessaire. En finissant ce livre, je n'ai pas eu envie de plus, pour la simple et bonne raison que j'ai eu comme envie de respecter l'intimité de nos personnages. Je ne voulais pas en savoir plus, puisque je savais déjà l'essentiel. Je ne veux pas vous en dire d'avantage sur ce livre, non pas pour ne pas vous spoiler, mais simplement parce qu'il faut découvrir ce roman dans son intégralité par soi même.

Je l'ai dis à plusieurs reprise, mais je le redis une dernière fois, ce roman à été pour moi un gros coup de coeur, et je vous le recommande à tous tellement il est magnifique.

mardi 11 avril 2017

{Chronique} Verte







Auteure : Marie Desplechin
Dessinatrice : Magali Le Huche
Editions : Rue de Sèvres
Collection : -
Date de parution : 22 Mars 2017
Nombre de page : 83 pages









À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu'elle veut être quelqu'un de normal et se marier. Elle semble aussi s'intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu'elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C'est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu'elles ont l'air de si bien s'entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu'ils dépassent les espérances d'Ursule. Un peu trop, peut-être.

Mon avis

Je tiens à remercier la maison d'édition Les Rue de Sèvres pour cet envoi. J'ai été ravie de pouvoir lire cette petite bande dessinée qui m'a bien aidé à passer un bon moment. J'en avais besoin, après plusieurs lectures difficiles !

Ici, nous allons rencontrer Verte, une petite fille pas comme les autres. Fille et petite fille de sorcières, elle à ça dans le sang, bien malgré elle. En effet, Verte aimerait être une petite fille comme les autres, et ne tiens pas à avoir des pouvoirs. Sa mère, elle, à un avis bien contraire. Elle aimerait que sa fille dompte ses pouvoirs, et qu'elle soit comme elle. Malheureusement, leurs rapports ne sont pas forcément très bon, et la mère de Verte va faire appelle à sa propre mère, la grand mère de Verte, pour avoir de l'aide. A tout cela s'ajoute une petite fille qui veut découvrir la vie, et qui est très curieuse, ce qui ne va pas faciliter la tâche des deux femmes...

J'avais déjà entendu parler de Verte dans sa version roman, et étant donné que c'était du très jeunesse, je n'avais pas forcément été attirée. Cependant, quand j'ai vu sa parution en BD, chez Les Rue de Sèvres en plus, qui fait toujours un travail magnifique sur l'éditions, j'ai été enchantée et j'ai voulu à tout prix découvrir cette histoire. Et je n'ai pas été déçue ! Pleine de douceurs, avec un coup de crayon tout joyeux, j'ai adoré l'auteure et la dessinatrice. L'histoire est pleine de charme, et certaines planches sont vraiment magnifiques. Un vrai régal pour les yeux !

J'ai beaucoup aimé Verte, cette petite fille pas comme les autres qui aimerait pourtant être normale. Je me suis un peu reconnue en elle, quand j'étais plus jeune (bon, pouvoirs magiques en moins, à mon grand regret). C'est une petite fille vive, qui n'a pas peur d'assumer ses pensées et de faire tout ce qu'elle peut pour être acceptée comme elle est. Elle découvre les joies de l'adolescence en plus de ça, et les malheurs qui vont avec, et dans tout ça, elle s'en sort comme une petite chef !

J'ai aussi trouvé l'histoire adorable. Alors évidemment, ça reste du jeunesse, mais c'est assez drôle, et assez cocasse. Les choses sont bien amenées, bien menées, et même si je n'ai pas eu de grandes surprises, j'ai adoré le moment que j'ai pu passer grâce à cette BD. Sachant qu'il y a trois tomes qui ont été écrit par Marie Desplechin, je ne sais pas si il y aura 3 BD également, mais j'en serai ravie ! 

Cette BD est faite pour tout le monde selon moi, et pour tous les âges. Si vous avez l'occasion de la lire, faites le. En une petite demi-heure à peine cette histoire peut être découverte, et je vous assure qu'elle vous fera passer un super bon moment !

lundi 10 avril 2017

{Chronique} Tom, l'enfant rebelle








Auteur : Claude Couderc
Editions : L'Archipel
Collection : -
Date de parution : 12 Avril 2017
Nombre de page : 224 pages









Un premier casse à treize ans et Tom a basculé dans la délinquance. Après un braquage, envoyé dans un centre de détention fermé pour mineurs, il ne veut toujours rien dire de ses blessures, de sa souffrance, de sa haine du monde adulte. De la vie, il ne connait que la brutalité.
Jusqu'au jour où sa route croise celle de Cynthia, une adolescente en galère, comme lui. Ensemble, ils fuguent. Tom n'a qu'une idée : se venger de son beau-père. Lancés à leur recherche, Antoine et Nadira, deux éducateurs, ont un seul objectif : retrouver les deux adolescents, avant qu'ils ne commettent l'irréparable.
Comme dans un road movie, de la Normandie jusqu'a l'île d'Ouessant, Claude Couderc met en scène deux jeunes faces à la violence de la vie.


Mon avis

Tout d'abord, je tiens à remercier mon partenaire LP conseils ainsi que la maison d'éditions l'Archipel pour cet envoi. Je savais que le sujet de ce livre serai dur, je m'attendais donc plus ou moins à l'histoire que l'on y trouverai.

Ici, nous allons rencontrer Tom. Tom est un jeune homme de 13 ans qui à une vie très difficile. En effet, victime d'abus sexuels de la part de son beau père, et de l'absence totale de sa mère, il passe sa vie à subir... Un jour pas fait comme un autre, Tom part braquer une supérette, et suite à une décision du commissariat et d'un juge, il est envoyé en camp de détention pour mineur. La bas, il va rencontrer Cynthia, une jeune fille qui, elle non plus n'a pas la vie simple. Ensemble, ils vont décidés de fuguer, afin que Tom puisse se venger de son beau père. Va donc s'en suivre un "voyage" pour eux comme pour les éducateurs partis à leur recherche...

Je n'avais jamais lu cet auteur, et je ne vais pas vous le cacher, avec moi, ça ne l'a pas fait... J'ai bien aimé le rythme du livre, le déroulement des choses. J'ai trouvé que c'était relativement réaliste. Cependant, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de cliché sur la jeunesse des quartiers, et sur la jeunesse tout court. Je n'ai pas apprécié cet aspect du roman. Cet auteur à des engagements politiques qui me touchent, puisqu'ils se rapprochent des miens, mais j'ai trouvé que cet engagement politique se dégageait un peu trop du roman... Et puis ce problème de clichés, je n'ai pas trop aimé. Cependant, cet auteur à une très belle plume, et un bon français, et j'ai aimé lire quelque chose de plus "construit" que ce que j'ai l'habitude de lire en temps normal.

Parlons maintenant un peu des personnages. Les deux principaux sont Tom et Cynthia, mais je ne vais pas trop parler de Cynthia, qui est moins présente que Tom. Tom est jeune homme écorché vif, et on le ressent. J'ai souvent eu l'impression qu'il était partagé entre deux personnalités : celle d'un enfant, qui à désespérément besoin d'aide et besoin de sa mère, et celle d'un adulte un peu paumé, rageur et prêt à tout pour se venger. C'est un jeune garçon brisé, et j'ai eu beaucoup d'affection pour lui, puisqu'on se rend très vite compte qu'il n'a rien de méchant. Malheureusement, son histoire pourrait être réel, et ça m'a beaucoup touché, bien que je n'ai pas besoin d'un livre pour m'en rendre compte.

Pour ce qui est de l'histoire, j'avais deviné le déroulement des choses, mais je ne pense pas que l'auteur ai cherché à instauré un réel suspens. Cependant, j'ai trouvé quelques longueurs, quelques passages un peu inutile. Peut être que quelque m'a échappé, mais il y a des passages que j'ai un peu lu en diagonal. Je m'attendais aussi au dénouement de l'histoire, alors je n'ai pas été surprise, mais sans trop savoir comment l'expliquer, j'étais "contente" que ce livre se termine. Pour plusieurs raisons, puisque comme je le disais, je n'ai pas spécialement apprécié le style de l'auteur, mais cette histoire est dérangeante, dure, et même si je m'y attendais, j'avais hâte qu'elle se termine.

Au final, ce n'est pas un mauvais livre, mais ce n'est pas forcément un livre que je recommanderai. Il faut vraiment d'accrocher pour le lire, et je ne m'attendais peut être pas à ce qu'il soit aussi dur. J'en retiendrai de toute façon que malheureusement, ce genre d'histoire n'est pas une fiction pour certaines personnes, et j'ai été émue, triste, en colère et gênée à certains moments... Si vous voulez vous lancer, accrochez vous, ce livre est plus difficile à lire que ce que peut laisser penser le résumé.

vendredi 7 avril 2017

{Chronique} Flora Banks








Autrice : Emily Barr
Editions : Casterman
Collection : -
Date de parution : 1 Mars 2017
Nombre de page : 369 pages











DIX - L’âge que j’avais quand mon cerveau s’est détraqué.
HUIT - Années de validité de mon passeport.
SIX - Le nombre de personnes qui me cherchent au Spitzberg, dans l’Arctique.
QUATRE - L’âge auquel j’ai rencontré ma meilleure amie. Je ne dois plus jamais l’appeler, ni lui envoyer de SMS.
DEUX - Deux cailloux noirs. L’un m’appartient, l’autre est à Drake. Je le rejoindrai, où qu’il soit.
UN - Un souvenir. C’est tout ce qu’il me reste.

FLORA BANKS : LE LIVRE QUE VOUS N’OUBLIEREZ JAMAIS.


Mon avis

Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions Casterman pour cet envoi. Je débute un partenariat avec cette maison d'édition, et j'en suis ravie ! J'ai hâte de faire d'autres découvertes, et j'espère que notre collaboration pourra prospérer encore un moment.

Dans ce roman, nous allons rencontrer Flora. Flora est une jeune fille de 17 ans qui est atteinte d'amnésie. Elle perd la quasi totalité de sa mémoire toute les deux heures environs, et ce depuis qu'elle à 10 ans, à la suite d'une tumeur au cerveau. Depuis, elle à pris l'habitude de noter tout un tas de choses sur ses mains, ses bras, des post-it et un cahier. C'est grâce à tous ces éléments qu'elle parvient à retracer le cours de sa vie lorsque sa mémoire lui fait défauts. Mais un jour, à la suite d'un évènement assez marquant, Flora va avoir un souvenir supplémentaire, et ce souvenir ne va pas la quitter à la différence de tous les autres. Flora va s'accrocher à ce souvenir, coûte que coûte et va partir dans une grande aventure afin de comprendre.

Pour ne rien vous cacher, mon avis sur ce roman est assez mitigé. Il y a des éléments que j'ai adoré, principalement la fin, mais il est vrai que j'ai trouvé les 200 premières pages assez longues, et j'ai eu peur de l'abandonner. Finalement, je me suis accroché, et ça en a valu la peine. J'ai pu découvrir une nouvelle plume, c'est d'Emily Barr et je trouve que ce roman à très bien été écris. Il est écrit du point de vue de Flora, et donc du point de vue de quelqu'un qui pense qu'elle à toujours 10 ans, et qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Cette écriture assez particulière st très logique, bien que dérangeante parfois. Flora répète certains éléments inlassablement, et même si parfois ça m'a donné envie de lire en diagonale, je comprend parfaitement ce choix et je le trouve très judicieux.

Flora est une jeune fille assez particulière, et en tant qu'amnésique, ça semble plutôt logique. En effet, elle est sans cesse perdue, mais elle à une envie de vivre à toute épreuve. C'est pour moi tout ce qui fait son charme. J'ai eu du mal à m'attacher à elle au début, rapport aux longueurs dont je vous parlais précédemment, mais quand arrive le dénouement de l'histoire, et plus précisément dans les 200 dernières pages, j'ai appris à la connaitre d'avantage et à la comprendre. Au final, je me suis tout de même beaucoup attaché à elle. Flora est un savoureux mélange entre une petite enfant que l'on a envie de protéger, et une jeune femme un peu perdue, mais qui à besoin de voler de ses propres ailes. Nous allons évidemment rencontrer d'autres personnages, mais je ne m'étalerai pas sur leur caractère, au risque de vous gâcher la découverte.

Cette histoire à été pour moi une bonne découverte. Je n'avais jamais lu de roman sur l'amnésie, et encore moins écrit de cette manière. Alors une fois encore, même si j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire et que je me suis un peu ennuyée au début, j'ai finalement été surprise par la fin. Evidemment, j'y ai trouvé quelques incohérences et quelques énormités selon moi, mais ça n'a en rien gâché ma lecture. Ne perdons pas de vu que c'est un roman, et que tout ce qui se passe dans les romans ne se passe pas forcément dans la vie de tous jours (sinon, je serai à Poudlard depuis bien longtemps). Pour moi, ce livre mérite d'être lu et d'être découvert. Même si dans les premières pages, on se demande ou l'autrice veut en venir, quand le chemin vers lequel s'oriente ce roman se dessine, on est assez vite surpris. J'aurai peut être d'avantage apprécier ma lecture si la première partie avait été plus courte, mais ce n'est pas un drame en soi, et c'est un livre que je ne regrette pas d'avoir lu.

J'ai dans ma PAL un autre livre parlant de l'amnésie. Je me ferai un plaisir de le lire pour voir si la plume d'Emily Barr à la particularité de très bien s'adapter à son personnage, ou si je retrouve ce même genre d'écriture dans un autre roman, mais ce qui est certain, c'est que si vous lisez ce livre, ne vous découragez pas en trouvant la première partie un peu longue... La suite vaut vraiment la peine d'être lue !

mercredi 5 avril 2017

{Chronique} Stabat Murder








Autrice : Sylvie Allouche
Editions : Syros
Collection : -
Date de parution : 9 Mars 2017
Nombre de page : 301 pages








Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d'un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d'après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S'agit-il d'un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l'intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte...

Mon avis

Dans un premier temps, je tiens à remercier mon partenaire LP conseil ainsi que la maison d'édition Syros pour cet envoi. Pour la petite anecdote, je n'avais pas prévu de recevoir ce livre, mais malgré tout, j'ai été très heureuse de pouvoir le découvrir, d'autant que la fin m'a relativement surpris.

Dans ce roman, nous sommes très vite mis dans le bain. Nous allons rencontrer 4 adolescents, Mia, Matthis, Sacha et Valentin, élèves au Conservatoire National de Musique de Paris, qui sont tous les 4 enfermés dans une pièce dans laquelle il fait tour noir. Avec eux, seulement quelques sandwichs et bouteilles d'eau. Très vite, leur proche vont s'inquiéter de ne pas les voir rentrer et va donc s'en suivre une enquête policière plutôt délicate puisqu'aucun indice n'à été laissé par le ou les ravisseurs. On le sait, en cas d'enlèvement, chaque minute compte, et le compte à rebours est lancé... Il faut à tout prix les retrouver, surtout pour la commissaire Di Lazio qui à un mauvais gout de déjà vu...

Ce livre à pour moi été une découverte, et ceux pour plusieurs raisons. Tout d'abord, je ne pensais pas le recevoir étant donné que je ne l'avais pas commande, et puis c'est le premier livre d'enquête policière que je lis (je ne suis pas fan de ce genre en temps normal), et pour finir, je n'avais jamais lu un roman de Sylvie Allouche. La plume de cette autrice est assez simple, et je ne m'étalerai pas sur ce sujet puisque je n'y ai pas spécialement trouvé de particularité. Cependant, ce que j'ai aimé ici, c'est le rythme qui est donné à l'histoire. Les chapitres sont courts, et en plus de ça, l'histoire bascule d'un lieu à un autre : dans un chapitre nous sommes dans "Le cube", pièce noir dans laquelle les adolescents sont enfermés, et dans un autre, nous nous retrouvons au commissariat. Entre temps, nous sommes passé par l'école, les lieux d'habitation des enfants, les bar, la rue, bref... Tous ces éléments donnent beaucoup de rythme à l'histoire, que je n'ai pas vu passer.

Parlons un peu des personnages. Tout comme la police, nous ne savons que très peu de choses des adolescents. Seulement qu'ils sont tous en train de préparer un grand concours de musique et qu'ils sont tous férus de piano. Certains ont un contexte familial délicat tandis que d'autre ont tout pour être heureux, ou presque. Finalement, nous allons surtout apprendre à découvrir Clara Di Lazio, la commissaire en charge de l'affaire. Cette jeune femme au passé délicat est une grande bosseuse, prête à tout pour résoudre les enquêtes qui lui sont confiés. Mais on va aussi découvrir une femme sensible, aimante, et écorchée vive. J'aurai aimé en savoir un peu plus sur les adolescents. On ne va apprendre à découvrir qu'un seul des 4 en profondeur, et j'ai trouvé ça dommage, mais ce n'a pas été plus gênant que ça.

Pour ce qui est de l'histoire en elle même, j'ai vraiment bien accroché. Enfin, au tout début j'avais peur de ne pas aimer, étant donné que c'est un genre que je ne lis pas beaucoup, et que j'avais trouvé pas mal d'incohérences. Par exemple, il y a beaucoup de comportements de la part des adolescents que j'ai trouvé illogique. Cependant, quand la fin est arrivée, je me suis vite retourné sur les fesses. Je n'avais pas du tout soupçonné le coupable, et j'étais à des lieux d'imaginer que ça pouvait être cette personne. Alors ça à redoré un peu l'image que j'avais du roman. N'oublions pas que nous sommes ici dans un roman jeunesse et que, par conséquent, certaines choses ne vont pas être aussi abouties que d'autres. Au final, d'une manière générale, c'est un roman qui m'aura permis de passer un bon moment, et je suis très contente d'avoir pu le découvrir.

Si vous aimé les romans policiers, sans trop de prises de tête pour autant et avec du dynamisme, je vous conseille de lire Stabat Murder, qui, pour mon cas, m'a donné envie de découvrir d'autres livres du même genre.

mardi 4 avril 2017

{Chronique} Je suis ton soleil








Autrice : Marie Pavlenko
Editions : Flammarion Jeunesse
Collection : -
Date de parution : 8 Mars 2017
Nombre de pages : 462 pages









Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s'acharne à les dévorer. Mais ce n'est pas le pire, non.
Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d'une inconnue aux longs cheveux bouclés?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.


Mon avis

Dans un premier temps, je souhaite à remercier très chaleureusement les éditions Flammarion pour cet envoi qui à été très soigné : un petit colis tout mignon avec tout un tas de petits cadeau. J'aurai su, j'en aurai fais une vidéo Unboxing, mais je ne pensais pas avoir droit à un aussi beau colis.

Dans ce roman, nous allons rencontrer Déborah, une jeune fille de terminale. Dés le départ, on comprend que Déborah n'a pas forcément la vie facile. Même si Eloïse, sa meilleure amie est très présente, ce n'est pas forcément le cas de ses parents, qui ont chacun des problèmes d'adulte, et pas forcément le temps de s'occuper de leur fille unique. Déborah à un autre ami, mais elle ne le sait pas dés le départ. Isidore, son chien, ou plutôt celui de sa mère. Nous allons donc suivre l'année de terminale de Déborah, ponctuée de tout un tas d'épreuves, pas forcément facile, et nous allons la voir se débattre pour s'en sortir.

La première chose qui m'a marqué dans ce roman, et probablement le plus gros point fort de celui ci, c'est la plume de Marie Pavlenko. Je n'avais encore jamais lu un de ses livres, et ça à été pour moi une révélation. J'ai d'ailleurs hâte de pouvoir en lire d'autre. Marie Pavlenko ponctue son roman de tout un tas d'expressions et de comparaisons aussi loufoques qu'incroyablement drôles. C'est un réel plaisir de la lire, justement grâce à cette particularité que l'on ne trouve que très rarement chez les auteurs. Dans chaque paragraphe, j'ai toujours trouvé un phrase, un mot, une expression qui m'a fait sourire, ou qui m'a rendu un peu triste. La capacité de cette autrice à nous faire ressentir de fortes émotions en une simple petite phrase est pour moi incroyable.

Le deuxième point fort de ce roman, c'est Déborah. Cette jeune fille m'a tellement impressionnée ! Elle est jeune, et il lui arrive tout un tas de galères, mais elle les surmonte toute, sans jamais se plaindre, sans jamais poser les deux genoux à terre. Malgré ses difficultés à l'école, ses problèmes de famille, ses amitiés difficiles, elle se bat. Toujours, toujours, toujours. Même si parfois, j'avais envie de la secouer un peu pour la faire parler, j'ai admiré tout le long du roman sa force. Et puis paradoxalement, derrière tout ça se cache une jeune femme qui à toujours "fait avec", et on découvre que c'est cela même qui à forgé son caractère.

Et puis pour finir, l'histoire en elle même... Je lisais, j'étais toujours à fond dans mon histoire, à sans arrêt me demander ce qui allait se passer. C'est une histoire qui pourrait arriver à tout le monde : avec tout un tas de complexité, mais rien d'impossible. Nous suivons Déborah dans son année scolaire, nous suivons ses amis, ses ennemis, ses difficultés scolaires, son envie de s'en sortir, ses drames familiaux, et puis... Je voyais la fin venir, j'étais sure de l'avoir deviné, j'étais sure d'une fin sans grande apothéose, sans grands retournements de situation et la... En une dizaine de ligne, à peine, l'autrice m'a complètement surprise. Et quelle à été ma surprise ! J'ai été tenu en haleine tout de le long du livre, j'étais sure de connaître la fin, alors que pas du tout... J'étais même aux antipodes. J'ai eu des frissons en lisant ses dernières quelques lignes, et même si je pleure souvent en lisant, je n'ai que très très très rarement des frissons.

Pour tout ça, merci Marie Pavlenko. Merci pour ce voyage, merci pour toutes les émotions que j'ai pu ressentir et quant à vous qui me lisez... N'hésitez plus une seule seconde. Ce livre est pour moi LA découverte de ce début d'année, et je peux parler sans aucune hésitation de véritable coup de coeur.

lundi 3 avril 2017

{Chronique} Calendar Girl, tome 3, Mars








Auteur : Audrey Carlan
Editions : Hugo Roman
Collection : New Romance
Date de parution : 2 Mars 2017
Nombre de page : 155 pages








Avant de s’envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma. Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n’est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d’un restaurant italien.

Mon avis

Vous le savez maintenant, j'ai commencé cette saga en début d'année avec le premier roman. J'avais un peu peur de me lancer, sachant que j'ai fais comme une overdose de ce genre de livre après la sortie de 50 nuances de Grey. Cependant, j'accroche bien, contrairement à ce que j'aurai pu penser.

Ici, nous allons retrouver Mia. Pour rappel, et pour ne pas vous spoiler l'histoire, Mia est une jeune femme que la vie n'a pas gâtée. En effet, seule avec sa soeur et son père, elle doit assumer pas mal de choses au quotidien. Comme ci cela ne suffisait pas, son père, alcoolique est accro aux jeux s'est mis dans de beaux draps. Il doit plus d'un million de dollar suite à la perte d'une partie de poker. N'étant pas capable de rembourser la somme dû, Mia, sa fille décide de contacter sa tante, patronne d'une entreprise d'escort girl. Le contrat est simple : pendant un an, Mia devra passer chaque mois avec un homme différent. Sa récompense ? 100000 dollars par mois au minimum... Elle pourra donc rembourser la somme que son père doit, et vivre avec l'esprit un peu plus tranquille...

Je vous l'ai déjà dis à plusieurs reprise, mais j'aime assez la plume d'Audrey Carlan. Il y a quelques petites choses qui me dérangent, notamment les quelques passages assez vulgaires qui font pour moi assez "cheap" mais en dehors de ça, l'histoire se déroule d'une seule traite, et le livre étant assez court, j'ai eu du mal à entrecouper ma lecture. Je l'ai lu en deux traites, preuve que l'auteur à su me conquérir.

Dans les deux premiers tomes, nous avions rencontré deux hommes très différent, mais j'ai été très surprise par la rencontre de ce troisième tome. Je ne m'attendais pas du tout à ça, alors ça a déjà été un point positif. Pour rappel, le premier tome concernait Wes, et le second concernait Alec. Je ne vais pas m'étaler sur ces deux personnages, que vous pourrez découvrir d'avantage dans mes précédentes chroniques. Ici, nous allons rencontrer Anthony, un restaurateur italien de renom. Très vite, nous allons nous rendre compte qu'Anthony est un homme mystérieux, avec d'assez gros problèmes lui aussi. Mia va jouer en grand rôle dans son histoire, et je le répète, j'ai été très surprise par ce tome. Cependant, petit point noir sur lequel je ne peux pas trop m'étaler, j'ai un peu peur que l'auteur face le tour de tous les "clichés" que l'on puisse trouver, ce qui, à la longue je pense, me poserait problème lors de ma lecture.

Pour ce qui est de l'intrigue, comme pour les précédents tome, rien ne se ressemble et c'est un point fort selon moi. J'avais peur que l'on tombe vite dans quelque chose de redondant, et pas du tout. Je vous disais dans ma précédente chronique que la relation entre Alec et Mia n'avais rien à voir avec celle entre Wes et elle-même, mais la c'est encore plus différent. Je ne veux pas m'étaler plus que ça sur l'intrigue, mais honnêtement... Peut être que c'est parce que je n'avais pas lu depuis longtemps, et que du coup, la moindre chose m'aurait surprise, mais j'ai été très étonnée.

En bref, mon avis ne change pas sur cette saga, et je l'apprécie toujours autant. Je ne peux que vous la conseiller, vous ne serez pas déçu(e).