jeudi 9 février 2017

{Chronique} Vous n'aurez pas ma haine







Auteur : Antoine Leiris
Editions : Le livre de Poche 
Collection : -
Date de parution : 4 janvier 2017
Nombre de page : 128 pages









Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l'horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n'aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n'a qu'une arme : sa plume. L'horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l'image de la lueur d'espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C'est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu'il nous offre dans ce témoignage poignant.

Mon avis

Je suis tombée sur ce livre complètement par hasard alors que je faisais mes courses. Le titre me parlait, et quand j'ai compris qu'il s'agissait de l'auteur d'un statut Facebook qui avait fait le tour du monde au moment des attentats du Bataclan, je n'ai pas hésité une seule seconde de plus.

Le résumé de ce roman va être assez court, et ce pour plusieurs raisons. La première, c'est que le livre en lui même est un ivre court, et la deuxième, c'est que malheureusement, il n'y a pas grand chose à dire. Antoine Leiris va nous raconter ici son quotidien et celui de son fils dans les jours, les semaines, qui ont suivis les attentats du 13 novembre, durant lesquels il à perdu sa femme, Hélène, et la mère de son enfant. Depuis l'instant ou Antoine apprend les attentats jusqu'à la fin du livre, tout son combat est entièrement dédié à son fils, et c'est ce qu'il nous raconte ici, comme il l'avait raconté sur Facebook il y a plusieurs mois de ça.

Antoine Leiris à une belle plume. Je ne sais pas si il écrira d'autres romans par la suite, mais j'ai vraiment aimer le lire. Son histoire est très aérer, la mise en page est intéressante, avec différentes parties dans le livre qui représente les différentes étapes du deuil et de la reconstruction. En plus de ça, il m'a fait passer par tout un tas d'émotion. J'ai rigolé, et puis j'ai eu une honte de rigoler, j'ai pleuré, j'ai été nostalgique, j'ai eu peur, j'ai été en colère, bref... Je crois qu'en à peine plus de 100 pages, je suis vraiment passer par tout un tas d'états différents, et pour ça, je félicite l'auteur.

Antoine Leiris est un mari aimant, on le comprend des les toute premières lignes. Il est fou amoureux de sa femme, et à force de trop s'aimer, ils ont fait un enfant, puisqu'eux deux avaient trop d'amour à donner. Ce livre est un hymne à l'amour, à l'espoir, à la paix. Antoine Leiris semble avoir un sang froid qui m'impressionne. Face à son fils, il sera prêt à tout combattre, il déplacera des montagnes si il le faut, mais il fera tout ce qui est en son pouvoir. On le voit très clairement. C'est un grand un homme. Qui à vécu l'horreur, mais qui continu de vivre, parce qu'il le faut bien.

Nous allons aborder un sujet difficile dans ce livre, et puis d'autres petits sujets beaucoup plus "anodins" (je parle des petits pots de la crèche ici, pour ceux et celles qui l'auraient lu). Mais malgré l'horreur, la tristesse, le deuil, nous allons surtout voir et comprendre que la vie continuera toujours, quoi qu'il arrive, et que même en tombant sept fois, il faudra se relever huit... J'ai pris une belle claque en lisant ce livre, et j'ai vraiment du mal à mettre des mots sur ce que j'ai ressentis, alors si avec cette chronique je ne vous ai pas vraiment convaincu... Aller l'acheter quand même, et vous verrez... 

2 commentaires:

  1. ta chronique me pousse a me procurer instantanément ce lire qui a l'air poignant. je pense le lire très vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est très poignant en effet. Un peu dur, c'est sur, mais passionnant.

      Supprimer