dimanche 22 janvier 2017

{Chronique} La petite mort, tome 3







Auteur : Davy Mourier
Editions : Delcourt
Collection : -
Date de parution : 14 Octobre 2015
Nombre de page : 96 pages










Construire une famille, ce n'est pas facile, surtout avec la perte récente d'un être cher. En plus, l'administration vient mettre son grain de ciel à coup de droits de succession à la fauche et impôts sur le revenant. Comment s'en sortir ? Que faire face à l'absurdité de la vie ? C'est quoi l'amour ? Réponses dans la fin de cette série, devenue un véritable petit manuel du savoir mourir(e) !

Mon avis

Vous le savez sans doute si vous me suivez, j'ai adoré les 2 premiers tomes de cette saga bande dessiné, et c'était donc tout naturel pour moi de lire la suite. Et sans trop savoir pourquoi, c'est ce tome la que j'ai préféré parmi les 3.

Pour ceux et celles qui ne connaitraient pas La petite mort, revenons sur les deux premiers tomes. Dans le tout premier tome, nous rencontrons La petite mort alors que ce n'est encore qu'un enfant, et nous allons suivre sa rentrée scolaire ainsi que le début de sa formation. En effet, La petite mort, c'est le fils de La grande faucheuse, il devra donc reprendre les reines plus tard, et commence, des son plus jeune âge à apprendre son futur métier. Le problème, c'est que la petite mort rêve d'être fleuriste, rien à voir avec sa destinée... Dans le second tome, La petite mort va avoir grandit, et nous allons le retrouver en pleine adolescence. Toujours à l'école, il va devoir faire un choix très difficile dans le cadre de sa formation, et ça va chambouler pas mal de choses... Ici, dans ce dernier volet, nous retrouvons La petite mort à l'âge adulte. Il est donc devenu La grande faucheuse à son tour et va devoir construire sa vie...

Souvenez-vous, dans ma toute premier chronique de cette saga, je vous disais que je n'aimais pas les dessins. Dans la seconde chronique, je vous disais que je n'étais toujours pas fan des dessins, mais que je leur trouvais du charme. Et pour ce tome 3, je dirai que je commence à les apprécier à leur juste valeur. J'aime toujours autant les parenthèse dans l'histoire, les parodies de publicités, les extraits de vie, bref... Ces petits "goodies" dont nous fait profiter Davy Mourier. J'ai particulièrement aimé la dernière planche, mais il faut avoir lu le reste de l'histoire pour bien la comprendre.

Pour ce qui est de La Petite mort, c'est vrai que je ne m'y étais pas spécialement attaché dans les tome précédents. Mais dans celui ci, je me suis mise à l'adorer. Peut être que c'est aussi du au fait qu'on le voit grandir, entre le tome 1 et le tome 3, et donc évoluer, mais j'ai presque eu l'impression que c'était un ami. Nous allons rencontrer d'autres personnages, dont sa femme qui, assez absente, va pourtant avoir l'occasion de nous faire comprendre qu'elle à du caractère. Les personnages sont toujours très différents les uns des autres, et ils constituent à eux tous une sorte d'échantillon de ce qu'on peut trouver sur Terre.

Pour ce qui est de l'intrigue, nous sommes ici dans des petits sketchs qui vont nous raconter des tranches de vie de La petite mort. Donc en soit, l'intrigue n'est pas impressionnante. Ce qui l'est, par contre, à mon sens en tout cas, c'est les critiques subtiles mais bel et bien présente que Davy Mourier met en place tout au long de son histoire. Elles sont discrètes, mais présente, et j'ai adoré. Sans pour autant chercher à faire la morale, il arrive a nous donner son avis sur quelques points d'actualités, et étant d'accord avec pas mal de choses que j'ai compris, forcément, j'ai beaucoup aimé. Mention spéciale pour une planche qui rend hommage à Cabu, et qui m'a profondément touché par sa simplicité.

En bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré cette saga. Je suis un peu triste de la quitter, mais Davy Mourier à écrit "La petite morte" que je vais vite me procurer afin de ne pas quitter si vite cet univers que j'ai tant aimé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire