mardi 31 janvier 2017

{Bilan lecture} Janvier 2017


- Les chefs d'œuvre Disney - 301 pages
- Zombillenium, T2, Ressources humaines - 48 pages
- La petite mort, T3 - 96 pages 
- L'Adoption, T1, Qinaya - 66 pages
- Les derniers jours de Rabbit Hayes - 454 pages
- La passe miroir, T1, Les fiancés de l'hiver - 518 pages
- Calendar Girl, T1, Janvier - 154 pages
- Minuit ! 12 histoires d'amour à Noël - 486 pages
- Insaisissable, tome 2, Ne m'échappe pas - 453 pages
- La fille de l'hiver - 429 pages

Nombre de pages lues : 3005 pages
Nombre de livres lues : 10 livres

dimanche 29 janvier 2017

{Chronique} Insaisissable, tome 2, Ne m'échappe pas








Auteur : Tahereh Mafi
Editions : Michel Lafon
Collection : -
Date de parution : 2 Octobre 2014
Nombre de page : 453 pages








Réchappée des griffes du terrible Warner, Juliette trouve pour la première fois la force de se battre et de rêver à un avenir avec Adam, celui qu'elle croyait avoir perdu pour toujours. Mais Warner n'a pas l'intention d'abandonner sa proie. De retour à la base, tout en se remettant de sa blessure presque fatale, le fils du dictateur, Warner doit contrôler ses soldats et réprimer toute forme de rébellion dans le secteur qu'il dirige. Toujours aussi obsédé par la fuite de Juliette, il veut avant tout la retrouver, quoi qu'il lui en coûte. Il n'a pas non plus oublié ceux qui ont permis l'évasion de la jeune fille, Adam et Kenji, à qui il compte bien faire payer cher leur trahison. Mais quand le Commandant Suprême, le père de Warner, arrive pour corriger les erreurs de son fils, il est clair que le sort de Juliette ne lui pas tant à coeur. Warner ne peut pourtant pas courir le risque de perdre celle qu'il considère comme la clef de la voûte de son plan de victoire secret.

Mon avis

Si vous me suivez, vous savez sans doute que j'ai pioché ce livre dans ma Bookjar des séries. J'ai lu le tome 1 en 2014, c'est pour vous dire à quel point c'est vieux, et si mes souvenirs sont bons, j'avais plutôt moyennement aimé. J'avais trouvé le début trop long a mon gout, mais je me souviens que la suite prenait une tournure assez inattendue et plutôt agréable.

Je ne vais pas vous résumer ce second tome, puisque même si je sais qu'une parti d'entre vous à déjà lu cette saga, je sais aussi que je risquerai de spoiler ceux et celles qui ne l'ont pas encore lu. Je vais donc vous résumer le premier tome, comme je peux, puisque cette lecture remonte à plusieurs années maintenant. Dans le premier tome, nous allons rencontrer Juliette. Juliette est une adolescente de 16 ou 17 ans, qui est maintenu captive de Warner (que nous retrouvons également dans le second tome). En effet, depuis 264 jours, elle est enfermé dans une cellule à cause d'un "don" particulier dont elle dispose et qui l'a poussé à commettre un crime sans le vouloir. 264 jours de solitude, de tourner en rond, et d'écriture. Juliette raconte son quotidien dans son petit carnet. Et puis un jour, Adam, un jeune homme qu'elle connait va la rejoindre, et tout son quotidien va être chambouler.

Je ne sais pas si je dois vous présenter la plume de Tahereh Mafi, puisque je crois très honnêtement que c'est une des plus belles plumes que j'ai eu l'occasion de lire. Chacune de ses phrases constitue une citation, quelque chose qu'on pourrai noter sur un carnet consacré aux plus belles phrases qui existent. Plus qu'un poète, Tahereh Mafi nous emporte, nous soulève même je dirai, dans quelques chose de dur et de triste, mais de beau, malgré tout. J'ai même du mal trouver les mots pour vous décrire cette plume, si splendide et si majestueuse. Ce livre est tout simplement une oeuvre d'art.

Pour ce qui est des personnages, nous allons retrouver évidemment Juliette, Warner, Kenji et Adam ainsi que d'autres, mais plus secondaires. Lors de ma lecture du premier tome, je me souviens que j'avais du mal à me décider sur ce que je pensais de Juliette, et c'est toujours le cas ici. D'un côté, je la trouve courageuse, entière, véritable et généreuse. Et puis d'un autre côté, je la trouve naïve, injuste parfois, et j'ai surtout horreur de son côté "je porte la misère du monde sur mes épaules". Alors je n'arrive pas trop à me décider, mais malgré tout, c'est un personnage auquel je suis attachée. Pour ce qui est des trois garçons, je ne veux pas vraiment vous parler d'eux, de peur de vous révéler quelque chose qu'il ne faudrait pas. Je dirai simplement que sur un podium, je mettrai Adam en n°1, Kenji en n°2 er Warner en n°3. En espérant que ça éveille la curiosité de ceux qui ne l'on pas lu.

Enfin, l'intrigue est bel et bien présente dans ce second tome. Dans le premier tome, l'histoire était un peu longue à se mettre en place, ce qui fait que la véritable intrigue était arrivé sur le tard. Ici, elle arrive plus rapidement, et on comprend tout de suite ce qui risque de se passer. Malheureusement, j'avais deviné la fin assez tôt, et c'est toujours un peu embêtant quand l'auteur ne nous surprend pas. Ceci dit, ça n'a pas gâché ma lecture pour autant, puisque la fin est très ouverte, et que j'ai maintenant super hâte de lire le troisième et dernier tome pour répondre aux questions que je me pose encore...

En quelques mots, c'est un roman que je vous conseille, une saga délicieuse, magnifiquement bien écrite et bien menée, qui s'approche de la dystopie tout en apportant un petit truc en plus, et ça, c'est pas négligeable du tout. Alors foncez !

vendredi 27 janvier 2017

{Blabla} GRAND, le nouveau magasine de L'école des Loisirs


Nous nous retrouvons aujourd'hui pour un article un peu spécial, puisque je vais vous parler d'un magasine. Effectivement, je le sais, je vous ai fais une vidéo à ce sujet mercredi, mais je sais que certains et certaines d'entre vous préfère les articles écrits, alors je vais vous parler l'écrit de ce magasine.

J'ai reçu ce dernier en janvier, mais il ne sortira que le 22 février. Il est édité par l'école des Loisirs, et je remercie vivement Coline et toute l'équipe pour cet envoi et pour la confiance que vous m'accordez. Vous pourrez le retrouver dans différentes librairies, chez certains bibliothécaire, etc... Il est totalement gratuit, et très honnêtement, pour la qualité de l'objet, j'en suis la premier étonnée.

Je tenais à GRANDement féliciter toute l’équipe de l’Ecole des Loisirs pour le superbe travail qui a été effectué pour cette première parution. Je ne trouve rien à redire pour ce catalogue qui, tout en étant relativement court, est une véritable mine d’informations et d’activités, pour les petits et les grands.

Tout d’abord, j’ai tout simplement été absorbé par l’interview de Patrick Ben Soussan. Je fais parti de ces personnes qui pensent que la lecture est indispensable au bon développement des enfants, et qui suis totalement pour la lecture dés la naissance, alors forcément, ce pédopsychiatre encourage ma position face à cette question (et puis, avouons le, ça me donne un bon outil pour « prouver » à mon entourage que j’ai raison, non mais !). L’interview de Kimiko m’a aussi beaucoup plu, ayant parlé de plusieurs de ses ouvrages dans mes vidéos, j’ai eu l’impression de pouvoir la connaître d’avantage. Je dois dire que je me suis un peu moins senti concerné par l’interview de Viviane Bouysse, une inspectrice de l'éducation nationale mais forcément, ce n’est pas le milieu dans lequel je travaille. Ceci dit, je me souviens qu’étant petite, L’école des Loisirs organisait une vente annuelle dans mon école, avec un système d’abonnement, et mes parents m’y avait abonnée, je recevais un livre par trimestre, alors je suppose que les écoles seront vivement intéressées par cette interview. Pour finir, j’ai pu « rencontrer » Marie-Aude Murail, de qui je n’ai encore jamais rien lu, mais qui fera sans doute parti des prochains auteurs que j’aimerai découvrir.

Pour le reste… WAHOU ! Toutes ces activités, toutes ces idées de jeux, en passant par le « cherche et trouve » jusqu’a la petite enquête, la création d’un livre, etc… Je trouve tout ça juste magique. Je me vois petite, et j’aurai tant aimé que mon école nous propose ce genre de chose ! Je trouve que les activités sélectionnées sont non seulement en parfaite adéquation avec le milieu des livres, mais je trouve aussi qu’elles peuvent sensibiliser les plus petits qui ne seraient éventuellement pas très intéressé par les livres à justement s’y pencher. J’ai super hâte de proposer ces activités à mes neveux qui, j’en doute pas une seule seconde, seront ravis !

 Je vais conserver précieusement ce premier catalogue, et maintenant, j’ai super hâte d’être en janvier 2018 pour pouvoir découvrir le prochain, qui, je suis sure, sera tout aussi bien que ce premier. 

Une fois encore, je vous félicite tous, un par un, pour la réalisation de ce premier exemplaire. Vous avez fait un superbe travail, a l’image de tout ce que vous faites de toute façon, et comme bien souvent je ne trouve rien à redire. Merci encore pour votre confiance, merci à vous de m’avoir fait parvenir ce catalogue, et merci pour les instants que vous nous permettez de vivre à nous, adultes, et à nos enfants aussi (et surtout).

jeudi 26 janvier 2017

{Chronique} Minuit ! 12 histoires d'amour à Noël








Auteur : Holly Black, Ally Carter, Matt de la Pena, etc...
Editions : Gallimard
Collection : -
Date de parution : 20 Novembre 2011
Nombre de page : 486 pages








Humour, émotion, coups de foudre et étincelles... L'amour sur tous les tons par les 12 meilleurs auteurs de la littérature ado.

Mon avis

Il y a un moment que j'ai ce livre dans ma PAL, j'avais même essayée de le lire l'année dernière, en vain puisque j'avais abandonné ma lecture. Il faut dire que j'étais en pleine panne de lecture, mais bizarrement, même sans être en panne cette année, j'ai eu énormément de mal à entrer dans ce livre et à l'apprécier à sa juste valeur...

Ce livre est en fait un recueil de nouvelles écrites par différents auteurs. Il y en a 12 au total, et elles sont toute plus différentes les unes que les autres, j'aurai donc du mal à vous les résumer. Ce que je peux vous dire, c'est qu'elle se déroulent toute autour de la période de Noël. Il y a des nouvelles un peu fantastique, et d'autres très contemporaines, on a donc des styles très différents dans ce recueil. Les auteurs ayant chacun un style différent eux aussi, aucune nouvelle ne se ressemblent. Ma préféré à été "Un sapin de Solstice", la troisième histoire de ce livre.

Comme je vous le disais, les styles d'écritures sont très différents les uns des autres, mais l'avantage c'est que j'ai pu découvrir des auteurs que je ne connaissais pas, et que je n'aurai peut être pas eu l'occasion de lire dans un autre contexte. Cependant, il y a aussi des auteurs qui m'ont quelque peu "déçue", ou en tout cas, de qui j'attendais un peu plus. En effet, j'avais déjà lu certaines plumes, et pour certains, j'avais adoré, alors la, j'en attendais quand même beaucoup, et finalement, mon emballement est vite retombée. Mais ça, c'est entièrement personnel, peut être que parmi vous, certains adoreront toute les plumes et d'autres les détesteront.

Pour ce qui est du format du livre, c'est la que j'ai eu un problème. Effectivement, je pense que je ne suis pas faite pour lire des nouvelles. Etant donné que les histoires sont très courtes, il me manque toujours quelque chose. Selon l'histoire que je découvrais, il me manquait des détails sur les personnages, ou sur le contexte, ou sur l'époque, etc... Bref, c'est ce qui m'a dérangé tout au long de ma lecture, puisque j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages, à l'histoire, au contexte...

Enfin, les intrigues sont toute intéressantes et méritent d'être découvertes, mais une fois encore, à mon sens, les actions se déroulent trop rapidement, et du coup, je me posais souvent beaucoup de question à la fin de la nouvelle que je venais de lire, puisque j'avais l'impression qu'il me manquait beaucoup d'éléments. En soi, ce livre n'est pas mauvais, je pense simplement que je ne suis pas faites pour lire et apprécier des nouvelles à leur juste valeur, et que j'ai meilleur intérêt à me pencher sur des romans plus long, dans lesquels j'aurai sans doute plus de réponses à mes questions. Ceci étant dit, si vous aimez les nouvelles et l'esprit de Noël, ce recueil vous plaira sans aucun doute !


mardi 24 janvier 2017

{Chronique} Calendar Girl, tome 1, Janvier








Auteur : Audrey Carlan
Editions : Editions de Noyelle (France Loisir)
Collection : -
Date de parution : 5 janvier 2017
Nombre de page : 154 pages








Mia vit seule avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de dollars, qu'il perd et ne peut rembourser.
Le prêteur sur gages l'expédie dans le coma. Mia doit ainsi assumer la dette de son père sous peine que sa petite soeur et elle subissent le même sort. Un contrat mensuel de 100000 dollars : elle deviendra escort girl. Suivez les aventures de Mia chaque mois, découvrez avec elle une nouvelle vie, une nouvelle vie et un nouvel homme...

Mon avis

Je n'avais pas du tout prévu de me lancer dans cette saga, mais quand j'ai reçu le magasine de France Loisir, la couverture m'a étrangement donné envie. Pourtant, je ne suis pas une grande fan des romances érotiques, mais celle ci m'a vraiment attiré l'oeil, d'autant plus qu'elle va être adapté en série télévisée.

Dans cette histoire, nous allons rencontrer Mia, une jeune femme qui n'a pas vraiment de chance dans sa vie... Sa mère est parti quand elle était plus jeune, et depuis, son père à sombré dans l'alcool et dans les jeux. Il a emprunter une grosse somme d'argent qu'il a perdu en jouant, et il à été violemment attaqué par celui à qui il doit de l'argent. Depuis à l'hôpital, Mia doit faire face et trouver absolument un moyen de rembourser le million de dollars de son père, pour se mettre, elle et sa petite soeur, en sécurité. Elle va alors décider de contacter sa tante qui est la patronne d'une entreprise d'escort girl, et cette dernière va lui proposer un contrat plutôt alléchant... Durant l'année à venir, Mia sera, chaque mois, l'escort d'un nouvel homme. Elle touchera 100000 dollars par mois, avec des bonus selon ce qu'elle fait avec l'homme en question... Mais Mia ne veut surtout pas tomber amoureuse, et ça ne va pas être chose simple...

Je n'avais jamais lu de roman d'Audrey Carlan, et je dois avouer que j'ai plutôt été séduite pas sa plume. Elle n'a rien d'extraordinaire en soi, mais elle est douce, fluide, elle se lit sans qu'on s'en rende compte. Cependant, il y a quelques mots très vulgaire qui m'ont, je dois l'avouer, un petit peu dérangés, mais ils n'apparaissent que très rarement, alors ça ne gâche en rien la lecture. Les chapitres sont relativement court, ce qui rend la lecture dynamique, et chaque mois de l'année va s'écouler sur 150 pages environ. Vous vous doutez bien que les actions vont s'enchainer, sans qu'on ait vraiment le temps de s'ennuyer. C'est d'ailleurs la première chose qui m'a plu dans ce roman !

Pour ce qui est des personnages, ici, nous allons rencontrer principalement Mia, puis sa tante et Wes, son premier client. Mia est une jeune fille que j'ai apprécié. Je n'ai pas encore vraiment eu le temps de m'y attacher, mais je sais que ce sera chose faite au prochain tome. Elle est intelligente, sensible, douce, maligne, et forte. Je n'ai pas beaucoup aimé sa tante par contre, bien que celle ci propose un contrat en or à sa nièce. J'ai trouvé que c'était une femme exécrable, mais je pense qu'il y a quelque chose derrière à creuser. Par contre, j'ai beaucoup aimé Wes, qui, loin de la première impression qu'il nous donne, est quelqu'un de profondément bon.

Enfin, comme je vous le disais précédemment, les actions ici s'enchaînent assez rapidement, et on se doute un peu de ce qu'il va se passer entre les deux dés les premières pages. On ne nous cache pas que nous sommes ici dans une romance érotique, donc on se doute sans trop de peine qu'il va y avoir quelques scènes qui vont se passer sous la couette... Mais le fait que ce soit prévisible ne m'a pas vraiment dérangé. Mieux encore, moi qui était un peu "écoeuré" de ce style depuis le succès de Fifty Shades, j'ai repris plaisir à lire de la romance érotique grâce à ce roman, alors pari remporté pour Audrey ! Et j'ai déjà hâte que la suite arrive à la maison (je l'ai précommandé ;))

lundi 23 janvier 2017

{Chronique} Les derniers jours de Rabbit Hayes








Auteur : Anna MacPartlin
Editions : France Loisir
Collection : -
Date de parution : Décembre 2016
Nombre de page : 464 pages








Quand Mia, que l'on surnomme affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre, même si elle refuse de l'accepter, tout comme ses proches qui assistent, impuissants, au déclin de leur fille, soeur, mère, ou amie. Tous sont présents à ses côtés pour la soutenir : Jack et Molly, ses parents, incapables de dire à leur enfant ; Davey et Grace, son frère et sa soeur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille ; Marjorie, sa meilleure amie et confidente ; et  enfin Juliet, sa fille de 12 ans, qu'elle élève seule. A mesure que les jours passent et que l'espoir de sauver Rabbit s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont se construire sans cette femme qui leur a tant apporté. Rabbit est au coeur de ce petit groupe et des préoccupations de chacun de ses membres. Si elle a perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Et Rabbit a quelques idées bien particulière pour leur faciliter  la tâche. Mais très peu de temps pour les mettre en oeuvre...

Mon avis

Pour tout vous avouer, j'ai acheté ce livre sans même avoir lu un seul avis dessus. J'ai reçu le catalogue France Loisir, je l'ai vu, j'ai adoré la couverture, j'ai donc lu le résumé et le résumé m'a de suite attiré, même si je m'attendais à quelque chose de triste.

Dans cette histoire, nous allons recontrer Mia, que l'on va appeler Rabbit tout le long du roman. Rabbit à lutter pendant longtemps contre un cancer du sein, qui à laissé pas mal de trace. D'abord en rémission et croyant avoir gagné le combat, elle à découvert peu de temps après l'annonce de sa guérison qu'elle avait des métastases un peu partout... Un mauvais jour, elle est tombée dans sa cuisine et s'est fait une fracture ouverte du tibia. Emmenée aux urgences en quatrième vitesse, le verdict tombe : un cancer de stade IV installé aux os et un peu partout ailleurs : Rabbit est envoyé en maison de repos afin d'y finir sa vie. Mais ses proches et elles même ont du mal à lâcher prise, et à comprendre qu'il n'y a plus d'espoir de guérison. Ils vont donc tous se réunir pour affronter le pire, et essaye d'entrevoir leur avenir sans Rabbit, qui leur à pourtant tant donné...

Tout d'abord, c'est le premier roman de Anna MacPartlin que je lisais, et quel roman ! Je savais que ça allait être triste, je savais que j'allais pleurer, mais je n'aurai pas pensé être bouleversé à ce point... Anna laisse une certaine pudeur à l'histoire, comme ci elle voulait garder quelques éléments à ses personnages et uniquement à eux, comme ci elle nous racontait une histoire sans vouloir trop entrer dans le détails des émotions, et finalement, ç'en est que meilleur... J'ai adoré sa façon de nous décrire les situations, les personnages, les émotions. Sa plume en elle même est simple, mais sa méthode d'écriture est incroyablement émouvante, et j'ai beaucoup pleuré...

Pour ce qui est des personnages, ils sont tous plus attachants les uns que les autres. J'ai eu du mal à écrire cette chronique, parce que je pourrai en écrire des lignes et des lignes, et aussi parce que j'ai eu besoin de faire le deuil de cette histoire, chose qui ne m'arrive jamais. Ici, nous allons rencontrer une famille incroyablement soudée, qui va devoir affronter le pire. Et ils vont s'unir, comme ils ont l'air de le faire chaque fois, puisqu'ensemble, on est plus fort. Cette unité m'a rappelé une chose : dans toute les situations les pires que l'on puisse vivre, il y a toujours une lumière, quelque part, qui brille et qui nous guide. Dans cette histoire, cette lumière, c'est la famille Hayes au complet. Comme je vous le disais, j'ai beaucoup pleuré. Rabbit à une fille de 12 ans, et je me suis mise à la place de cette Juliet. Je me suis imaginée dans son cas, et... Elle à tellement de courage, et j'ai tellement eu envie de pleurer avec elle... Ce roman m'a bouleversé.

Pour ce qui est de l'intrigue, pas de surprise, tout est dans le résumé, mais ce n'est pas ce qu'on cherche ici. On ne veut pas de surprise, on ne veut pas non plus de retournement de situation, on veut juste entourer cette famille dans cette horrible épreuve, et c'est tout. J'ai eu l'impression de vivre réellement l'histoire que je lisais, j'ai eu l'impression que c'était réel, et je pense que c'est pour ça que cette histoire m'a autant touché. Je ne saurai vous en dire plus, puisque je crois ne plus avoir besoin de dire quoi que ce soit à propos de cette histoire. Pour ceux qui aiment ce genre d'histoire, lisez ce roman, et sortez les mouchoirs...

dimanche 22 janvier 2017

{Chronique} La petite mort, tome 3







Auteur : Davy Mourier
Editions : Delcourt
Collection : -
Date de parution : 14 Octobre 2015
Nombre de page : 96 pages










Construire une famille, ce n'est pas facile, surtout avec la perte récente d'un être cher. En plus, l'administration vient mettre son grain de ciel à coup de droits de succession à la fauche et impôts sur le revenant. Comment s'en sortir ? Que faire face à l'absurdité de la vie ? C'est quoi l'amour ? Réponses dans la fin de cette série, devenue un véritable petit manuel du savoir mourir(e) !

Mon avis

Vous le savez sans doute si vous me suivez, j'ai adoré les 2 premiers tomes de cette saga bande dessiné, et c'était donc tout naturel pour moi de lire la suite. Et sans trop savoir pourquoi, c'est ce tome la que j'ai préféré parmi les 3.

Pour ceux et celles qui ne connaitraient pas La petite mort, revenons sur les deux premiers tomes. Dans le tout premier tome, nous rencontrons La petite mort alors que ce n'est encore qu'un enfant, et nous allons suivre sa rentrée scolaire ainsi que le début de sa formation. En effet, La petite mort, c'est le fils de La grande faucheuse, il devra donc reprendre les reines plus tard, et commence, des son plus jeune âge à apprendre son futur métier. Le problème, c'est que la petite mort rêve d'être fleuriste, rien à voir avec sa destinée... Dans le second tome, La petite mort va avoir grandit, et nous allons le retrouver en pleine adolescence. Toujours à l'école, il va devoir faire un choix très difficile dans le cadre de sa formation, et ça va chambouler pas mal de choses... Ici, dans ce dernier volet, nous retrouvons La petite mort à l'âge adulte. Il est donc devenu La grande faucheuse à son tour et va devoir construire sa vie...

Souvenez-vous, dans ma toute premier chronique de cette saga, je vous disais que je n'aimais pas les dessins. Dans la seconde chronique, je vous disais que je n'étais toujours pas fan des dessins, mais que je leur trouvais du charme. Et pour ce tome 3, je dirai que je commence à les apprécier à leur juste valeur. J'aime toujours autant les parenthèse dans l'histoire, les parodies de publicités, les extraits de vie, bref... Ces petits "goodies" dont nous fait profiter Davy Mourier. J'ai particulièrement aimé la dernière planche, mais il faut avoir lu le reste de l'histoire pour bien la comprendre.

Pour ce qui est de La Petite mort, c'est vrai que je ne m'y étais pas spécialement attaché dans les tome précédents. Mais dans celui ci, je me suis mise à l'adorer. Peut être que c'est aussi du au fait qu'on le voit grandir, entre le tome 1 et le tome 3, et donc évoluer, mais j'ai presque eu l'impression que c'était un ami. Nous allons rencontrer d'autres personnages, dont sa femme qui, assez absente, va pourtant avoir l'occasion de nous faire comprendre qu'elle à du caractère. Les personnages sont toujours très différents les uns des autres, et ils constituent à eux tous une sorte d'échantillon de ce qu'on peut trouver sur Terre.

Pour ce qui est de l'intrigue, nous sommes ici dans des petits sketchs qui vont nous raconter des tranches de vie de La petite mort. Donc en soit, l'intrigue n'est pas impressionnante. Ce qui l'est, par contre, à mon sens en tout cas, c'est les critiques subtiles mais bel et bien présente que Davy Mourier met en place tout au long de son histoire. Elles sont discrètes, mais présente, et j'ai adoré. Sans pour autant chercher à faire la morale, il arrive a nous donner son avis sur quelques points d'actualités, et étant d'accord avec pas mal de choses que j'ai compris, forcément, j'ai beaucoup aimé. Mention spéciale pour une planche qui rend hommage à Cabu, et qui m'a profondément touché par sa simplicité.

En bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré cette saga. Je suis un peu triste de la quitter, mais Davy Mourier à écrit "La petite morte" que je vais vite me procurer afin de ne pas quitter si vite cet univers que j'ai tant aimé.

vendredi 20 janvier 2017

{Chronique} L'Adoption, tome 1, Qinaya







Auteur : Zidrou et Monin
Editions : Grand angle
Collection : -
Date de parution : 2016
Nombre de page : 66 pages









Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c'est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n'a jamais pris le temps d'être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d'imaginer.

Mon avis

La première fois que j'ai vu cette BD, j'étais à la Fnac, et je me suis tout de suite dis que je la voulais, grâce aux dessins. Je ne m'étais même pas penché sur le résumé, le titre et les dessins ont suffit à me convaincre, mais je ne m'attendais pas du tout à ça...

Dans cette histoire, nous allons rencontrer une famille qui s'apprête à accueillir une nouvelle petite personne. En effet, Alain et sa femme ne peuvent pas avoir d'enfants, et pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayé, alors ils se décident à adopter. L'histoire commence à l'aéroport, ou toute la famille se réunit pour accueillir Qinaya, la nouvelle venue. Toute la famille est enjouée, sauf Gabriel, le grand père qui est plutôt en retrait... Lui qui n'a jamais été la pour ses enfants doit se faire à l'idée qu'il est maintenant le papi d'une petite fille, et il va devoir en apprendre le rôle... Tout ne va pas être rose, et nous allons suivre ce grand père en devenir au sein de ce premier tome.

Tout d'abord, comme je vous le disais, ce sont les dessins qui m'ont attirés en premier. J'aime beaucoup le coup de crayon, et les couleurs sont relativement vives. J'aime aussi la construction de l'histoire. Ici, nous allons suivre cette petite famille à travers diverses aventures, toute se suivant plus ou moins, mais avec des moments de "vides" entre. J'ai trouvé que ça rendait l'histoire dynamique, puisqu'on comprend toute l'histoire sans avoir tous les détails, et qu'il subsiste une petite part de mystère dans certains cas.

Pour ce qui est des personnages, dans ce premier tome, nous voyons principalement Qinaya et ses grands parents. Qinaya est une petite fille très attendrissante, alors forcément, on ne peut que s'y attacher, et ce avant même qu'elle prononce son premier mot de français. La grand mère est un peu exubérante je dirai, très "fofolle" par moment, mais très aimante. J'ai d'ailleurs adoré la relation qu'elle à avec son mari, je les ai trouvé tellement beaux tous les 2... En parlant de son mari, Gabriel est plutôt brut de décoffrage comme on dit, mais très vite, j'ai vu en lui quelqu'un de bon, vraiment très bon, mais maladroit, et ayant peur de mal faire. Je l'ai adoré, il m'a un peu fait pensé à mon grand père.

Pour ce qui est de l'intrigue finalement, j'ai été incroyablement surprise. Je ne m'attendais absolument pas à la fin, et je dois bien avouer que j'ai versé ma petite larme. Je ne peux pas trop vous en dire, puisque je gâcherai tout, mais s'il vous plait, allez lire cette BD qui est pour moi une véritable pépite. J'ai eu un réel coup de coeur pour cette dernière et je me languis de voir sortir la suite...

jeudi 19 janvier 2017

{Chronique} Zombillénium, tome 2, Ressources Humaines








Auteur : Arthur de Pins
Editions : Dupuis
Collection : -
Date de parution : 2011
Nombre de page : 48 pages








Tags sur les murs, avertissement du curé du coin : visiblement les esprits s'échauffent autour de Zombillénium. Quand on n'embauche que des morts (ou des sorcières !) dans une région où le taux de chômage est à 25%, il faut bien s'attendre à quelques frictions. Si l'on ajoute à cela des visiteurs une miette pénibles et des employés qui, pour être morts, n'en aimeraient pas moins prendre des vacances, on comprend que ce n'est pas trop le moment de venir parler revendications salariales à Francis Von Bloodt.

Mon avis

Vous le savez peut être, Zombillénium est une saga de BD que j'ai découverte il y a un moment maintenant, et dont j'avais adoré le premier tome. Depuis, ce second tome trainait dans ma WL et je ne l'achetais jamais. Le mois dernier, je me le suis enfin procuré, et je l'ai lu immédiatement.

Je vais éviter de vous résumer le second tome afin de ne pas vous spoiler, mais je vais plutôt vous parler du premier tome. Zombillénium est un parc d'attraction assez différents de ceux que l'on peut trouver dans notre monde. Effectivement, ici, être un zombie, un vampire, un loup garou, une sorcière ou tout simplement un mort, c'est plutôt un avantage. En effet, tous les employés de ce parc sont de cet acabit, et c'est assez inhabituel. Malheureusement, dans le premier tome, le parc est en train de faire faillite, et le patron compte beaucoup sur l'arrivé du nouvel employé et de Gretchen, une employé un peu différente des autres. Dans ce second tome, nous allons toujours évoluer dans ce parc, mais avec une intrigue fondamentalement différente.

Tout d'abord, parlons de Arthur de Pins. Au dela de l'histoire qu'il met en place ici dans cette BD, j'ai beaucoup aimé son coup de crayon, et ce, dés le premier tome. C'est d'ailleurs ce coup de crayon qui avait été décisif dans mon achat. Ici, rien ne change. J'aime toujours autant ces dessins, et le monde dans lequel évolue l'histoire, créer par son auteur. Petit point positif par rapport au premier tome : je me souviens avoir été un peu dérangée dans le premier tome par le langage un peu trop vulgaire à mon gout qui était employé. Ici, je n'ai pas retrouvé ce problème. Même si il y a quelques grossièretés, ça ne m'a absolument pas choqué comme dans le premier tome.

Dans ce tome, nous retrouvons à peu près les même personnages que dans le tome précédent, mais de nouveaux personnages vont arriver, et on va d'avantage s'intéresser à eux. Nous allons rencontrer une petite famille. Une mère, un père et leur fils de 14 ans vont en visite à Zombillénium. La mère, qui n'avait aucune envie d'y aller, ne va pas arrêter de râler, tandis que le père va un peu se laisser porter. Ces personnages sont assez atypique, avec un fils presque absent au début de l'histoire, mais qui va se révéler de plus en plus et qui va nous étonner.

Etonnement. Je pense que ce mot pourrait parfaitement résumer l'intrigue de cette BD. Je ne m'attendais pas du tout à ça, j'avais peur de tomber dans le redondant et pas du tout, bien au contraire même ! J'ai été très agréablement surprise, l'auteur parvient à nous laisser dans l'univers qu'il a construit dans le premier tome mais avec une histoire complètement différente, et j'ai adoré cet aspect. Je ne veux pas vous en dire plus parce que ça reste une BD et que l'action se déroule rapidement mais...

LISEZ LA !

mardi 17 janvier 2017

{Chronique} Les chefs-d'oeuvre Disney








Auteur : -
Editions : France Loisir
Collection : -
Date de parution : 2016
Nombre de page : 301 pages









10 des plus grandes histoires de Disney. Le livre de la jungle, Blanche-Neige et les Sept Nains, Bambi, Peter Pan, Alice au pays des merveilles, Pinocchio, Les 101 dalmatiens, Le Roi Lion, Aladin, Les Aristochats.

Mon avis

J'ai acheté ce livre tout récemment, grâce à un chèque parrainage de France Loisir. C'est un livre pour enfant, je tiens à le préciser, mais il reprend, en une vingtaine de page à chaque fois, les plus grands chefs-d'oeuvre Diseney, et j'ai passé un très bon moment grâce à lui.

Je ne vais pas vraiment vous résumer l'histoire, puisque nous les connaissons presque tous, et surtout parce qu'il y en a 10 et que ça prendrai trop de temps. Je vais plutôt vous classer mes histoires par ordre de préférence... Celle que j'ai le plus aimé, c'est les 101 Dalmatiens. Déjà petite, j'adorais regarder ce dessin animé, et ça n'a pas changé. Ensuite viens Le livre de la jungle, suivi de près par Peter Pan. Pour les 3 suivants, j'aurai du mal à les départager réellement mais il y aura Aladin, Alice au pays des merveilles et Pinocchio. Les 4 derniers sont sur un pied d'égalité, et dans tous les cas, j'aime toutes ces histoires qui m'ont permis de replonger en enfance.

Toute ces histoires ont été écrites par des auteurs différents, mais j'imagine qu'ils ont tous du respecter une sorte de charte Disney, ce qui les rend uniformes. Elles sont très simple à lire, bien adaptés pour les enfants, et plus précisément pour les enfants qui commencent à lire par eux même. Les illustrations de ce livre sont tiré des différents dessins animés, ce qui ajoute, à mon sens, de la magie à l'histoire. J'ai vraiment passé un super moment grâce à ce livre, et même à 24 ans, on aime encore les livres pour enfants quand ils parlent de nos dessins animés préférés.

Tous les personnages Disney ont des personnalités bien différentes. Il y a les méchants, évidemment, qu'on à du mal à aimer, et puis les gentils qui, eux, dont bien plus sympathiques. Chaque personnage va apporter quelque chose au lecteur je trouve, avec des personnages qui vont se distinguer des autres, et je trouve cet aspect très intéressant aussi.

Pour ce qui est de l'intrigue, évidemment, difficile d'en parler sans trop en dire. Chaque histoire à une ou plusieurs problématiques, donc une ou plusieurs intrigues, et les problèmes se résolvent sans trop de difficultés, mais n'oublions pas que nous sommes dans une histoire pour enfant, et que le but n'est pas non plus de trop faire durer les choses. Ceci dit, ce qui est appréciable, c'est la moral que l'on peut tirer de chacune de ces histoires. A chaque fois, on essaie de faire passer un message à l'enfant, et c'est plutôt très bien je trouve.

En bref, c'est un livre qui se lit rapidement, mais que l'on peut mettre entre plusieurs mains sans avoir de crainte. Pour couronner le tout, l'objet est magnifique, il est très lourd et extrêmement bien édité. Alors même si on est juste collectionneur, ce livre est une perle dans une bibliothèque.

lundi 16 janvier 2017

{Chronique} Les fiancés de l'hiver








Auteur : Christelle Dabos
Editions : Gallimard
Collection : -
Date de parution : 2013
Nombre de page : 519 pages








Sous son écharpe élimée est ses lunettes de myope, Ophélie cache des donc singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capital flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Mon avis

Evidemment, j'ai énormément entendu parler de ce livre, et ce depuis un bon bout de temps maintenant ! Je l'ai intégré à mon challenge Cold Winter, étant donné que j'ai abandonné une des lectures que j'avais prévu.

Dans cette histoire, nous allons faire la rencontre d'Ophélie, une jeune femme qui tient un musé et qui est une liseuse. Mais une liseuse pas comme les autres. Ophélie à la faculté de lire à travers les objets. En effet, en les touchant, elle peut retracer toute leur histoire, et tout leur passé. Dans le monde dans lequel elle vit, chaque femme doit épouser un homme, la plupart du temps par choix politique ou diplomatique, et quelques fois par amour. Ophélie à eu plusieurs propositions, qu'elle à toujours décliné, mais il arrive un moment ou elle n'a plus le choix... Elle devra épouser Thorn, qu'elle le veuille ou non, et quitter son monde pour intégrer le sien. Le Pôle. Cette capitale flottante dont elle ne sait rien et qui à plutôt l'air austère et hostile. Que va-t-il advenir d'elle, laissé aux bras d'un futur mari aussi froid que la glace, et au tempérament de feu ?

Tout d'abord, je tiens à mettre l'accent sur la plume de l'auteur qui est, sans conteste, la plus belle chose de ce roman. Christelle Dabos à une plume enchanteresse, elle nous conte réellement une histoire, et elle nous emporte avec elle dans un monde pourtant à l'opposé du notre. Je ne vais pas écrire des lignes et des lignes sur cette fameuse plume (magique), vu toute les éloges qui lui ont déjà été faites, mais toujours est il que je me suis senti comme dans une bulle, et que ça faisait longtemps qu'une écriture ne m'avait fait cet effet.

Pour ce qui est des personnages, malheureusement, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à eux, et ça a gaché un peu ma lecture. Peut être que, vu tout ce que j'avais lu concernant cette histoire, j'en attendais trop, mais je n'ai pas vraiment Ophélie, que j'ai trouvé trop mollassonne, et parfois un peu nunuche, et je n'ai pas trop aimé Thorn non plus... Finalement, la personnalité que j'ai préféré est celle de la tante de Thorn, aussi bizarre que celui puisse paraitre... Alors pour les personnages, malheureusement, ce n'est pas le meilleur point du roman selon moi...

Passons maintenant à l'intrigue et à l'histoire en elle même. Je ne sais pas si je suis passé à côté de quelque chose, je ne sais pas si c'était juste pas la bonne période pour lire ce genre d'histoire, mais j'ai trouvé ça incroyablement lent, et long... Au fil des pages, je me demandais quand est ce qu'il allait se passer quelque chose, et je suis un peu honteuse de dire ça alors que la majorité à adoré ce roman, mais avec moi, ça ne l'a pas fais... Je me suis ennuyé, je me suis même fais violence pour le terminer. Cependant, je ne comprend pas pourquoi, étant donné que tout le monde l'a adoré, alors je le relirai peut être un jour, en espérant que ça fonctionne mieux.

Si vous avez connu le même problème que moi, n'hésitez pas à me le dire, et si vous l'avez relu et apprécié, dites le moi aussi, pour que ça m'encourage ! Je suis déçue de moi même, de ne pas avoir réussi à l'apprécier. 

samedi 14 janvier 2017

{Chronique} 14-14








Auteurs : Silène Edgar & Paul Beorn
Editions : Castelmore
Collection : -
Date de parution : 16 avril 2014
Nombre de page : 349 pages








Hadrien et Adrien, deux garçons de 13 ans, habitent à quelques kilomètres l'un de l'autre en Picardie. Tous deux connaissent des problèmes à l'école, des troubles sentimentaux, des litiges avec leurs parents. Une seule chose les sépare : un siècle. Leurs destins vont se mêler et une faille temporelle leur permet d'échanger du courrier...

Mon avis

J'avais beaucoup entendu parlé de ce livre, il y a un bon moment maintenant. Vous le savez sans doute puisque je le dis assez souvent, je m'intéresse beaucoup à tout ce qui touche la seconde guerre mondiale. Je n'avais encore jamais lu de livre qui parlait de la première, et je dois bien avouer que c'est un sujet que je ne connais pas trop.

Dans ce roman, nous allons rencontrer Adrien, jeune adolescent vivant en 2014, et Hadrien, qui dois à peu près avoir son âge, vivant en 1914. Grâce à une boite au lettre magique, les deux adolescent vont correspondre pendant presque un an, et ne vont pas comprendre tout de suite ce siècle qui les sépare. Effectivement, ce siècle, c'est peut être bien la seule chose qui les sépare... Tous les deux parlent d'école, et même si il y en a qui y arrive mieux que l'autre, ils ont tout deux des soucis dans leur établissement. Ils vont également parler d'amour, chose bien étrange puisque même si ils aiment tous les deux, leur façon de faire est bien différente. Et puis ils vont également parler de leur vie, de leur époque, de ce qui s'y passe. Une belle rencontre entre deux garçons, entre deux époques.

Silène Edgar est bien connu pour écrire des romans historiques de grandes qualités. Honte à moi, c'était le premier que je lisais, mais je ne peux que confirmer ce que la majorité pense : ce roman est très bien documenté, et en plus d'être une fiction, c'est aussi une leçon. Pour moi, c'est le gros point positif du livre. D'ailleurs, je pense que c'est un livre qui pourrai faire un parfait support de cours, et qui permettrait, je pense, de sensibiliser d'avantage sur cette époque dont on parle trop peu. En plus de ça, le livre est très dynamique, les chapitres sont relativement court, ce qui rythme l'histoire, et personnellement, c'est quelque chose que j'adore et qui me permet d'apprécier encore d'avantage un roman. 

Les deux (H)Adrien sont très attachants, l'un comme l'autre, pour des raisons différentes. Le Adrien de 2014 est un garçon incroyablement gentil, toujours prêt à aider les autres, et n'ayant pas peur de se mettre dans des situations embarrassantes si il n'a pas d'autre solution pour parvenir à ses fins. Il n'est pas très bon élève, mais c'est un très bon dessinateur, et c'est d'ailleurs ce qui le passionne. Le Hadrien de 1914 quand à lui est peut être un peu plus solitaire. Il n'a pas vraiment d'ami(e)s, et il passe beaucoup de temps à travailler à la ferme avec son père. Il rêve d'intégrer une grande école, et est très aimant, même si il a parfois du mal à le montrer. Les deux enfants grandissent dans une famille à la fois différente et à la fois similaire. Ils ont chacun leur deux parents, et une petite soeur. Mais les caractères de leur familles sont un peu différents, je vous laisserai découvrir ça par vous même.

L'intrigue m'a assez surprise. Tout le long de ma lecture, j'ai un peu oublié qu'on était dans un livre jeunesse, et je m'attendais à une fin différente de celle du roman. Ceci dit, la fin est très bien, pleine d'espoir, pleine de joie, mais aussi de tristesse. Teintée de mélancolie, elle laisse à réfléchir et elle permet de très bien clore cette histoire. Je n'ai pas du tout été déçue, et le sujet abordé tout le long du livre est vraiment très touchant.

En bref, c'est un bon livre, qui m'a permis d'apprendre de nouvelles choses, sans trop de simplicité ni de difficulté, et j'ai passé un très bon moment grâce à lui. Même si ce moment est lui aussi teinté de mélancolie, en imaginant ce qui c'est passé en 1914...

vendredi 13 janvier 2017

{Chronique} Le pays des contes, tome 2








Auteur : Chris Colfer
Editions : Michel Lafon
Collection : -
Date de parution : 15 mai 2014
Nombre de pages : 473 pages









Le Pays des contes n'est plus l'endroit enchanté qu'Alex er Conner ont visité il y a un an. Le monde féerique vit désormais dans la peur : l'Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes. Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d'or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la sorcière des Mers à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges...

Mon avis

J'ai lu le premier tome de cette saga il y a un moment maintenant, et j'avais plutôt bien aimé, bien que j'y avais trouvé quelques longueurs par moment. Je voulais donc lire la suite, pour voir ce que l'auteur nous réservait, et j'ai plutôt bien aimé ce second tome bien que la encore, j'y ai trouvé des longueurs...

Ici, nous allons retrouver nos jumeaux Alex et Conner dans le monde réel. La vie à repris son court presque normal, les deux enfants vont à l'école et vaquent à leurs occupations. Mais malgré tout, il leur reste une envie folle de retourner au Pays des contes, et ils ont qu'une seule hâte : que leur grand mère La Bonne Fée viennent les chercher. Malheureusement, quand celle ci va arriver, ce ne sera pour les ramener avec elle... Mais plutôt pour leur interdire formellement de chercher à retourner dans le Pays des Contes pour l'instant. Alex, désamparée, est alors persuadée que leur grand mère leur cache quelque chose. Elle sent qu'il se passe des choses au Pays des Contes, et pas des bonnes... Peu de temps après la visite de leur grand mère, une terrible nouvelle va s'abattre sur les jumeaux, et cette nouvelle va tout changer...

Comme pour le premier tome, j'aime toujours autant la manière d'écrire de Chris Colfer. Ici, les évènements s'enchainent, on à l'impression d'être nous aussi dans le Pays des Contes tellement l'espace spatio-temporel est bien mené. On retrouve tous nos héros des contes, et c'est toujours un plaisir pour moi de lire cette réécriture de contes. Je trouve cependant que cette histoire manque de dynamisme... Les chapitres sont un peu longs, et le rythme n'est pas très rapide. Je pense que c'est un petit défaut du livre, puisque même si j'étais très prise sur le début du livre, j'ai lâché sur le milieu pour reprendre sur la fin. Sans ce problème de rythme, je pense que le livre m'aurait un peu plus plu.

Pour ce qui est des personnages, je vous avais déjà parlé d'Alex et Conner dans ma chronique du premier tome, mais la, les deux enfants ont grandis et forcément, ils ont changés. Alex est une petite fille incroyablement courageuse, et prête à tout. C'est vraiment cet aspect de son caractère qui me plait. Elle n'a peur de rien, et est prête à affronter des choses qui font peur à tout le monde. Conner est peut être un peu plus raisonnable que sa soeur, mais lui aussi est prêt à tous les sacrifices pour protéger les gens qu'il aime. Les deux enfants sont très différents, mais ils ont chacun une personnalité très attachante, et ils sont plein de surprise.

Pour ce qui est de l'intrigue, elle se met en place assez rapidement, ce qui est un bon point, puisque ça évite de lire sans savoir ou l'on va. J'avais quand même deviné le gros de l'intrigue, je me doutais de la fin, mais de toute façon, il n'y aura pas eu d'autres fins possibles, donc ça ne m'a pas trop dérangé. Par contre, il y a un évènement à la fin qui m'a vraiment surprise, et je me demande comment va se poursuivre cette histoire à cause de cet évènement. J'ai donc plutôt hâte de lire la suite, et d'ailleurs, elle est déjà dans ma PAL.

En bref, je vous avais déjà conseillé de lire le premier tome, et je maintiens mon conseil : si vous n'avez encore jamais lu cette saga, n'hésitez plus. Et si vous hésitez à lire le second tome, foncez ! Même si il manque un peu de rythme à mon gout, l'histoire reste quand même très bonne.

{Update lecture} Endgame, Le Pays des contes, 14-14

mercredi 11 janvier 2017

{Chronique} Endgame, L'appel








Auteur : James Frey & Nils Johnson-Shelton
Editons : Gallimard
Collection : -
Date de parution : 9 Octobre 2014
Nombre de page : 538 pages 









Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Enigme. L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions. Endgame n'a ni règles ni limites. Il 'y aura qu'un seul vainqueur.
Au delà d'ne lecture intense, ce livre cache dans ses pages une super-énigme composée de codes et indices imaginés par de grands cryptographes. Menez vous propre quête en tentant de la résoudre. Déchiffrez, décodez et interprétez. 

Mon avis

J'avais acheté ce livre pour sa couverture (je suis faiiiiible) au tout départ, sans même le feuilleter avant. Quand je suis rentrée chez moi, je m'y suis attardée un peu plus et il m'a fasciné. Malgré cela, ça fais plus de 2 ans qu'il traine dans ma PAL, alors je suis bien contente de l'en avoir enfin sorti !

Dans cette histoire, nous allons rencontrer tout un tas de personnages dés les premières pages. Très vite, nous allons comprendre que ces personnages, bien que très différents les uns des autres, vont être lié, mais pas de la meilleure manière qu'il soit. Endgame va commencer. Tout les joueurs vont jouer. Nous allons les suivre tout le long du roman, d'aventures en aventures, jusqu'à la fin de la première épreuve. Seulement voilà, Endgame, qu'est ce que c'est ? Pour ne pas trop vous en dire, je vais simplement résumé ce qui est expliqué dans le livre de manière succincte. Endgame est un jeu, qui va permettre de sauvegarder la lignée du gagnant. Et pour gagner, tous les coups sont permis...

Dés le départ, dans le prologue, on découvre bien le style de l'auteur. Un peu violent je dirai (mais rien d'effrayant), brut de décoffrage si je puis dire, James Frey ne va pas passer par quatre chemins pour nous expliquer les choses, et ne va pas non plus prendre des pincettes. J'ai trouvé original le fait de suivre un personnage différent dans chaque "chapitre", mais je me suis rendu compte au départ que j'étais perdue. Je ne savais plus qui était qui, et je ne sais pas si c'est volontaire de la part de l'auteur, mais ça m'a un peu effrayé. Au final, rassurez-vous, on prend nos repères. Mais c'est ce style un peu brutal, et cette complexité de construction du livre qui distinguent James Frey d'un autre auteur, je trouve.

Evidemment, on ne va pas nous détailler chacun des personnages, il y en a 12 au total (peut être même 13) et forcément, ça aurait fait de ce tome un tome introductif peut être trop long. Mais le risque, c'est qu'on a du mal à s'attacher à chacun des personnages. Ceci étant dit, plus l'histoire avance, et plus nos préférences se dessinent, en tout cas, ça a été mon cas et très vite, je me suis attachée à certains d'entre eux plus qu'à d'autre. Je ne peux pas vous parlez précisément d'un personnage ou d'un autre, puisque l'histoire perdrait tout son intérêt, mais une fois encore, le grand nombre de personnages et le fait que l'on consacre autant de temps à l'un qu'a l'autre est une particularité de ce roman.

L'intrigue quand à elle est assez particulière. Nous évoluons dans un univers assez violent, sans pitié, et l'auteur n'a pas peur de ce qui peut arriver aux personnages auxquels il à donner vie. Nous nous posons plein de questions au fil de notre lecture, et nous avons déjà quelques réponses dans ce premier tome, mais pas toute. J'imagine qu'elles viendront dans la suite. Toujours est-il que j'ai un peu vu la fin venir, même si j'avais quelques doutes. Ça n'a en rien gâché ma lecture, puisque je voulais cette fin, alors forcément, je n'ai pas été déçue. J'ai aussi beaucoup aimé le rythme de ce livre, qui, malgré qu'il soit un bon pavé, ce lit très facilement et assez rapidement. 

Tous ces éléments mis ensemble m'ont vraiment fait apprécié cette lecture. J'ai passé un super moment, je me suis posé tout un tas de questions et je m'en pose encore, j'ai été surprise, triste, contente. Et puis tout va très vite, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'est addictif.

lundi 9 janvier 2017

{Chronique} Tim Burton, entretien avec Mark Salisbury








Auteur : Tim Burton et Mark Salisbury
Editions : Points
Collection :
Date de parution : 2012
Nombre de page : 400 pages









D'Edward aux mains d'argent à Sweeney Todd, en passant par l'Etrange Noël de Mr. Jack ou encore Big Fish : Tim Burton fait partie de ces quelques visionnaires du septième art qui ont réussi à créer à l'écran un véritable univers, à la fois novateur et complètement original. D'ordinaire avare d'entretiens, Tim Burton parle ici pour la première fois à coeur ouvert. La complicité qui le lie à Mark Salisbury nous permet d'entrer avec ces conversations dans l'intimité du créateur, et de découvrir son jardin secret, peuplé de rêves et de cauchemars. Il revient ainsi avec une rare sincérité sur son enfance, ses débuts chez Disney, sur les films qu'il a fait, ou qu'il n'a pas fait, sur ses relations difficiles avec les studios ; il évoque ses influences, sur ses zones d'ombre aussi. Enfin, il nous confie dans cet ouvrage exceptionnel illustré un bon nombre d'anecdotes de tournage jusqu'ici totalement inédites.

Mon avis

Si vous ne le savez pas encore, je suis une fan de Tim Burton. Ses films ont bercés mon enfance, ayant des parents tout aussi fan que moi, et j'ai même lu une bonne partie de ses livres. C'est une stagiaire qui était venu travailler à mon bureau, elle aussi fan de Tim Burton qui m'avait offert ce livre. Alors ma petit Camille, si tu passes par la, je te remercie vivement pour ce beau cadeau !

Ce livre est une sorte de biographie, autobiographie, filmographie, carnet à dessins, bref... C'est un livre dans lequel Tim Burton va nous parler de lui. J'ai toujours adoré Tim Burton pour ses films, et pour le personnage qu'il était. Loin de tous les stéréotypes, c'est quelqu'un d'incroyablement sensible, et je vois beaucoup de choses de la même manière que lui, ce qui influe aussi dans le côté fan girl que vous pourrez retrouver en lisant ceci ;). Dans ce livre, Tim Burton va revenir sur son enfance, et sur ses grands moments en tant que réalisateurs. Il va nous parler de ses films, de ses échecs, de ses victoires, de ses amis, de ses ennemis, bref... Il va nous parler de lui, et j'ai adoré.

Tout d'abord, il y a un prologue écrit par Johnny Depp. Johnny Depp, mon idéal masculin. Johnny Depp, l'homme de mes rêves et de tous mes fantasmes. Bref. Je ne pouvais que aimer. Johnny et Tim sont amis, et très proches. Johnny va nous livrer quelques anecdotes sur Tim Burton, et ça nous donne de suite une idée du reste du livre.

Après avoir lu cette partie, nous allons donc lire Tim Burton, qui va nous raconter son enfance, pas toujours facile, et ses débuts dans le dessins et dans l'animation. Souvent pris pour un fou, Tim va avoir du mal à trouver sa place dans ce milieu plutôt impitoyable... Mais peut à petit, l'oiseau fait son nid comme on dit. 

Dans la troisième et dernière partie du livre, chaque chapitre va traiter d'un film, et Tim va nous parler de ce film du point de vu du réalisateur. Il va nous parler du choix des acteurs, de ses difficultés, de ce qu'il a ressenti en faisant le film, puis de l'avis du public... Il ne nous cache rien, et il n'a pas honte de dire que son film n'a pas marché. 

Je ne vais pas m'étaler d'avantage sur cette chronique, puisque ce n'est pas un roman, et puisque Tim Burton ne plait pas à tout le monde. Mais en tout cas, pour ceux et celles qui aiment ses films, et qui souhaiterai en savoir un peu plus, je ne peux que vous recommander très très vivement ce livre, qui est, en plus, ponctué de dessins de Tim Burton, et tout le monde sait que son coup de crayon est juste splendide (fan girl je vous avais dis). En bref, si vous aimez Tim, vous aimerez ce livre.

dimanche 8 janvier 2017

{Chronique} Vous parler de ça !








Auteur : Laurie Halse Anderson
Editions : Anne Carrière
Collection : La belle colère
Date de parution : 9 Octobre 2014
Nombre de page : 299 pages









En 1998, Laurie Halse Anderson, jusque-là auteur pour enfants, est réveillée par les sanglots d'une jeune fille. Dans la maison, ses enfants dorment à poings fermés ; c'est un cauchemar qui a réussi à la tirer du sommeil. Répondant au besoin de se vider l'esprit des pensées sombres qui s'y agitent, Laurie attrape un carnet et y couche le brouillon d'une histoire, celle d'une jeune fille qui ne parle plus depuis un terrible crépuscule d'été. Une fois sa mission accomplie, elle retourne se coucher. Laurie Anderson ne fit plus jamais ce mauvais rêve qui allait pourtant changer sa vie l'année suivante quand les notes seraient devenues un roman vendu à plusieurs millions d'exemplaires, un film holywoodien (avec Kristen Stewart en 2004), de nombreuses nominations et récompenses, et plus de 30 traductions, Vous parler de ça n'est pas simplement un premier roman bouleversant. C'est un phénomène de société, c'est un sujet de conversation, c'est un étendard, c'est un livre capable de changer la vie de celles qui le lisent, et il est pour la première fois traduit en français.

Mon avis

J'avais acheté ce livre plutôt par hasard il y a un long moment maintenant, lorsque j'avais acheté Dieu me déteste, de la même collection. Ce livre était exposé juste à côté, et sans en lire le résumé, je me suis surprise à le vouloir à tout prix. Je l'ai donc pris, sans savoir de quoi il allait parler, et je l'ai gardé dans ma PAL un moment avant de l'en sortir.

Ici, nous allons rencontrer Melinda, une jeune lycéenne très solitaire. Au début, on ne comprend pas pourquoi Melinda est si seule, mais petit à petit, on commence à comprendre. L'année passée, Mélinda avait des amies, des loisirs, de bons résultats. Elle était une jeune fille comme les autres, sans problèmes et à la vie tout à fait banale. Et puis elle st devenue une paria. Au lycée, plus personne lui parle, tout le monde l'évite comme la peste et se moque d'elle ouvertement. Melinda connait le harcèlement scolaire. Mais quand on finit par comprendre pourquoi... Les mots ne nous viennent pas.

Je pense qu'il va être difficile pour moi de parler de ce livre, alors je pense que cette chronique sera plutôt courte. Je ne vais d'ailleurs pas suivre le chemin que je suis habituellement et juste vous parler de l'histoire et de Melinda, tellement cette histoire est puissante. Le style de l'auteur n'a pas besoin d'être mis en avant selon moi, cette histoire est malheureusement très bien racontée.

Au départ, j'ai eu du mal à m'attacher à Melinda. Je n'aimais pas particulièrement son caractère, et j'avais souvent du mal à la comprendre. Je ne sais pas si c'est ce que recherchais l'auteur, mais ça m'a plutôt déstabilisée. Sans la détester pour autant, je dois bien avouer et que c'est une jeune fille vers qui je ne me serai pas tournée si j'avais été à l'école. Melinda est une paria, et elle est transparente aux yeux de tout le monde. Ses anciens amis, ses parents, ses professeurs, personne ne la comprend et tout le monde lui tourne le dos. Sauf peut être une fille du lycée, et un professeur, mais ça reste maigre... 

Lorsque l'on va comprendre pourquoi Melinda est détestée à ce point, tout va changer... Pour moi en tout cas, tout à changé. La jeune fille insignifiante que j'avais suivie tout le long du livre m'est apparu comme quelqu'un d'incroyablement fort et courageux. J'ai eu envie de la prendre dans mes bras, et de lui dire Bravo tellement sa manière de voir les choses m'a prise de court. Melinda à vécu l'enfer, c'est tout ce que je peux vous dire... Il faut découvrir les raisons de son comportement en lisant ce roman. Mais personne ne méritais de vivre ce qu'elle à venu, et pourtant ça arrive, et de nos jours assez souvent malheureusement.

C'est un livre difficile, qui nous fait passer pour tout un tas d'émotions, qui traite de sujets très délicats, dont le harcèlement scolaire, mais, si vous n'êtes pas trop sensible, c'est un livre que vous devez lire, à tout prix.

vendredi 6 janvier 2017

{Chronique} Le mystère de la vie








Auteur : Jan Paul Schutten et Floor Rieder
Editions : L'école des loisirs
Collection : -
Date de parution : 26 Octobre 2016
Nombre de page : 160 pages









C'est quoi la vie, au juste ? Comment les plantes, les animaux et aussi les humains sont-ils apparus sur Terre ? Comment faire surgir la vie à partir d'un ensemble de molécules aussi inertes que des briques de Lego ? Pourquoi une simple cellule est-elle plus futée que le robot le plus sophistiqué ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles Jan Paul Schutten, l'auteur de ce livre, apporte des réponses sérieuses et enjouées. Les explications sont accompagnes d'illustrations aussi belles qu'amusantes réalisées par Floor Rieder. Ils se sont associés pour nous raconter en mots et en images une aventure unique et fascinante : celle de la vie.

Mon avis

Je tiens dans un premier temps à remercier chaleureusement la maison d'éditions L'école des loisirs pour l'envoi de ce livre, et plus particulièrement Coline, avec qui j'ai de très bon contact depuis plusieurs mois maintenant.

C'est la première fois que je présente un livre de ce genre sur le blog, et celui ci méritais vraiment qu'on en parle. Ce livre n'est pas un roman, mais une encyclopédie. Et on y parle de la vie, comme son nom l'indique. Nous allons donc remonter le temps jusqu'au moment de la naissance de la première toute petite cellule sur Terre, la paramécie. De pages en pages, nous allons découvrir l'évolution de la paramécie, jusqu'a arriver à la naissance de l'homme, en passant par les dinosaures, les fossiles, et la naissance de la végétation. La manière d'expliquer les choses ici est très particulière, puisqu'on va en fait nous poser des questions sur "le mystère de la vie", et c'est en répondant à cette question que l'on va comprendre la plupart des éléments. Les illustrations nous aident aussi énormement.

Ce livre est une véritable mine d'or. On y découvre et on y apprend tellement de choses ! A la base destiné à la jeunesse, ce livre peut parfaitement plaire à n'importe qui, de n'importe quel âge. Les sujets sont expliqués avec des mots simples, sans fioritures, sans excès, ce qui rend la compréhension très facile. Les sujets abordés sont très variés, et en 160 pages, on comprend tout, de la naissance à l'évolution, jusqu'a l'homme. 

J'ai appris de nombreuses choses grâce à ce livre, et je pense que c'est un livre que chacun devrait avoir dans bibliothèque. Toutes les questions que l'on se pose sont listés en début de livre, ce qui nous permet de facilement retrouvé un sujet précis lorsque l'on se pose une question précise. J'ai tout simplement adoré ce livre, et je pense réellement que chacun devrait au moins aller le feuilleter, pour s'apercevoir de sa richesse.

En plus du contenu, l'objet est lui aussi splendide. Couverture cartonné, avec des illustrations drôle et jolie à la fois, dos du livre en tissu avec écriture en doré, tranche tout en doré, bref... Une petite merveille à avoir dans sa bibliothèque.

jeudi 5 janvier 2017

{Chronique} Divergente raconté par Quatre








Auteur : Veronica Roth
Editions : France Loisir
Collection : -
Date de parution : 2 avril 2015
Nombre de page : 260 pages









L'histoire de Quatre avant sa rencontre avec Tris.
Lors de sa cérémonie du choix, un jeune altruiste se dresse contre sa famille et sa faction : il rejoint les Audacieux. Il choisit un nouveau destin, et devient Quatre. Mais ce qu'il découvre alors met en péril son avenir, et celui de la société toute entière.
Va-t-il devoir se dresser contre sa nouvelle faction ?

Mon avis

Ce livre trainait depuis un moment dans ma PAL, et j'avais du mal à l'en sortir. J'ai quitté la saga Divergente il y a un moment, et j'avais l'impression d'avoir fait le tour, ce qui explique le temps que j'ai mis à sortir ce tome compagnon. Ceci dit, j'ai été agréablement surprise lors de ma lecture.

Dans ce livre, nous allons lire des nouvelles concernant Quatre, Tobias, le compagnon de Tris. Nous allons le rencontrer lors de la cérémonie du choix, lorsque Tobias décide de changer de vie afin de fuir un quotidien trop pesant, et de devenir Quatre. Les histoires vont défilés, et nous allons le suivre dans son aventure de Divergente, lors de son initiation, puis lors son métier d'instructeur, et enfin lors de sa rencontre avec Tris. En fin de roman, nous allons également lire 3 chapitres de Divergente selon le point de vue de Quatre. Nous allons donc comprendre certains aspects de l'histoire, et avoir plus de précisions sur certains passages.

Nous retrouvons la plume de Veronica Roth, qui, comme je l'ai déjà dis, n'a rien d'exceptionnelle, mais qui est très agréable à lire. Fluide, sans trop de descriptions, de longueurs ou de passage à vide, toute la saga de Divergente est très facile à lire grâce à Veronica et à sa manière de nous raconter les choses. Nous sommes pris dans cette histoire, et si vous voulez en savoir plus sur mon avis concernant toute la sage, je vous laisse cliquer sur ce lien afin de voir en vidéo ce que j'ai pensé de la saga.

Ici, le personnage principal est bien évidemment Quatre. Je l'avais déjà adoré dans la saga de base, pour sa personnalité et ses différents aspects. Quatre est quelqu'un de réservé, mais de très à l'écoute, très attentionné. Ce que j'ai aimé dans ce tome compagnon, que l'on ne voyait pas dans les tome précédent, c'est qu'on se rend compte que Quatre prend très à coeur ce qu'il se passe dans son groupe de débutant. En effet, Quatre culpabilise beaucoup en cas de problème, et je ne m'en étais pas rendu compte dans le reste de la saga. Autre point, que j'avais déjà remarqué mais qui est d'avantage mis en avant ici, son courage. Quatre n'hésite pas à affronter ses peurs et ses craintes pour défendre ses opinions et pour rester fidèle à lui même. Une fois encore, j'ai adoré ce personnage, de part sa complexité et sa simplicité en même temps.

Dans ces nouvelles, les intrigues sont assez différentes les unes des autres, il n'y a pas autant de suspens que dans la saga, puisque nous connaissons déjà le dénouement final (pour ceux qui ont lu la totalité de la saga). Mais même sans cette part de mystère, j'ai beaucoup aimé lire ce roman, et découvrir plus en profondeur les points de vue de Quatre. On y apprend beaucoup de choses sur lui, on comprend qu'il est au courant de bien plus de choses que ce qu'il veut bien laisser paraître, et c'est vraiment un point très positif de cette histoire.

En quelques mots, c'est une histoire que j'ai aimé lire. Pas essentielle pour la compréhension de la saga, mais disons qu'elle apporte un petit plus qui n'est pas négligeable.

mardi 3 janvier 2017

{Chronique} Demain, j'arrête !








Auteur : Gilles Legardinier
Editions : Pocket
Collection : -
Date de parution : Janvier 2015
Nombre de page : 400 pages








Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant les escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boite aux lettres en espionnant un mystérieux courrier... Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis

J'avais vu ce livre sur plusieurs sites internet, blog et chaînes Youtube, mais il ne me faisait pas plus envie que ça. Nina l'a lu et en a fait une très belle chronique, et elle a réussi à me convaincre. Malheureusement, entre le moment ou je me le suis acheté et le moment ou je l'ai commencé, il c'est écoulé plus d'un an. J'ai d'ailleurs sorti ce livre de ma PAL dans le cadre du challenge Cold Winter.

Dans ce roman, nous allons rencontrer Julie, une jeune femme qui sort tout juste d'une rupture. Julie travaille dans une banque et elle vit dans un appartement qui se situe dans un immeuble. Un soir, alors qu'elle rentrer de sa journée de travail, Julie se rend compte qu'un nouvel habitant va faire son arrivé dans son immeuble, et voit son nom (plutôt atypique) sur une nouvelle boite au lettre. De la va s'en suivre toute une enquête de sa part, afin de voir, enfin, le nouveau venu. Julie va être prête à tout pour rencontrer et comprendre son nouveau voisin, quitte, parfois, à passer pour une idiote...

Dans un premier temps, nous allons parler de la plume de Gilles Legardinier. C'est la première fois que je lis un de ses romans, et il faut bien avouer que je n'ai pas du tout été déçue. En effet, Gilles sait nous faire rire, il sait nous faire pleurer, nous laisser dans l'attente. J'ai trouvé que ce roman était un savoureux mélange entre Bridget Jones et Ensemble c'est tout (Anna Gavalda), même si la plume est complètement différente. On y retrouve un peu le même genre de schéma, et c'est ce qui m'a plu.

Pour ce qui est des personnages, c'est vrai qu'ils sont nombreux dans ce récit, et tous aussi attachants les uns que les autres. Je pense d'ailleurs que c'est cette abondance de personnages qui m'a fait penser à Ensemble c'est tout. On rencontre tout un tas de voisins, et ce qui est frappant, c'est la solidarité qu'il règne dans ce petit groupe. Les problèmes de l'un deviennent les problèmes de tout le monde, et entre eux, ils savent qu'ils peuvent compter les uns sur les autres. Parlons un peu plus précisément de Julie, personnage avec lequel j'ai eu un peu de mal au début, avouons le. Bien qu'elle soit très drôle, et qu'elle n'ait pas peur du ridicule pour un sous, Julie m'a semblé parfois incroyablement déraisonnable, presque trop éloignée de la réalité, et j'ai souvent eu envie de lui secouer les plumes comme on dit. Malgré cela, je l'ai quand même apprécié dans son ensemble, et il faut dire qu'elle m'a bien fait rire...

Enfin, parlons de l'intrigue. Ici, nous sommes dans un livre un peu chouchou, sans grande prise de tête, alors ne vous attendez pas à une multitude d'actions ou une intrigue de dingue. Toute l'intrigue va tourner autour de ce nouveau voisin, et même si quelques autres éléments vont d'ajouter à cela, ça reste tout de même le sujet principal du roman. J'ai été plutôt agréablement surprise, parce que je ne m'attendais pas vraiment à la fin. Elle ne m'a pas non plus laissé sous le choc, mais j'étais persuadé que rien allait se passer comme prévu alors que finalement... 

En quelques mots, ce roman est une histoire que je vous recommande, à lire entre deux autres livres bien difficile ou à lire quand on a le moral dans les chaussettes. J'ai vraiment vraiment passé un super moment, et je pense d'ailleurs relire du Gilles Legardinier dans pas longtemps.