jeudi 22 décembre 2016

{Chronique} Envol pour le paradis








Auteur : Jean-Marie Defossez
Editions : France Loisir
Collection : -
Date de parution : 2014
Nombre de page : 198 pages








Arthur Gruber est un adolescent allemand qui ne rêve que d'une chose : piloter un avion. Il sait reconnaître au seul bruit du moteur n'importe lequel des appareils de l'aviation allemande. Fils d'un couple de fermiers qui cherche à le protéger du nazisme, il va être enrôlé de force de dans la JH (Jeunesse Hitlérienne) en 1942. 
Tous les moyens sont bons pour faire de jeunes gens ordinaires de parfaits petits soldat prêts à tout pour leur patrie. Ainsi, il va découvrir la propagande scandée chaque jour, les brimades, la discipline de fer, le harcèlement. Totalement coupé de sa famille dont il ne reçoit plus aucune nouvelle, va-t-il fini lui aussi par rentrer dans le rang ? Et quand on va lui proposer de réaliser son rêve, se laissera-t-il convaincre ?

Mon avis

Je dois bien avouer que c'est la quatrième de couverture qui m'a de suite inspiré pour ce roman. J'ai toujours été intéressée par tout ce qui touche à la seconde guerre mondiale, et ici on était en plein dedans, avec la différence que l'histoire se construisait autour du point de vue d'un Allemand et non d'un Juif.

Dans ce roman, nous allons donc rencontrer Arthur, un petit garçon élevé par des agriculteurs, qui ont toujours été contre Hitler et qui ont tenté, tant bien que mal, de protéger leur fils de cette propagande infernale. Malheureusement, ils ne peuvent plus faire autrement que de laisser leur enfant intégrer la JH (Jeunesse Hitlérienne), en prenant bien soin de lui faire la leçon avant son départ. Arthur va donc intégrer cette "école" et il va rien avoir de l'élève modèle. Rebelle, n'ayant pas peur de dire non, il va régulièrement être contraint de faire la plonge ou d'éplucher les pommes de terre pour ne pas participer aux entrainements (et ça lui va très bien comme ça). Mais un jour, un instructeur lui promet de réaliser son rêve : si Arthur se soumet aux règles, il pourra apprendre à piloter un avion... 

Ici, Jean Marie Defossez écrit et construit très bien son roman. Il parvient à rester relativement neutre par rapport à tout ce qui s'y passe, et il arrive souvent à nous révolter malgré tout. Nous sommes sur une petite histoire, donc relativement dynamique, mais avec un gros défaut tout de même, j'y reviendrai plus tard. On voit très facilement que l'auteur s'est largement documenté avant d'écrire ce livre, et c'est très appréciable : on nous évoque des faits réels. Je n'avais jamais lu de roman sur la seconde guerre mondiale du point de vue d'un Allemand, et ça retourne quand même un peu les tripes.

Arthur est un petit garçon que j'ai apprécié au début, et que j'ai eu envie e secouer dans tous les sens dans la seconde parti du roman. Au début, encore sous l'emprise de ses parents, Arthur n'hésite pas à suivre leurs conseils et essaie tant bien que mal de ne pas se fondre dans la masse et de ne pas suivre les instructions. Malheureusement, Arthur n'est qu'un enfant, et il est donc facilement influençable..Q Quand on lui propose de réaliser son rêve, il change complètement de comportement... Je l'ai d'ailleurs trouvé naïf sur bien des aspects, et même si j'ai essayé de mettre ça sur le dos de son jeune âge, Arthur n'est pas non plus un bébé et j'aurai aimé qu'il comprenne plus de choses...

Pour la première partie de l'intrigue, je dois dire que j'ai été assez surprise, je ne m'attendais pas à ce qu'Arthur soit contre ses instructeurs et qu'il soit si désobéissant. J'ai donc commencer ce livre sur une bonne note... Malheureusement, dans la seconde partie du roman, les choses se sont gâtée... A la moitié du livre environ, j'avais déjà deviné la fin, et il n'y avait donc plus de suspens... C'était trop prévisible, et ça m'a un peu gâché ma lecture...

Ceci dit, je vous conseille quand même largement ce livre qui a reçu de très bonne note, et qui pourrait très facilement servir dans les écoles, notamment au lycée où on étudie plus spécialement cette guerre. Un bon ouvrage malgré ce petit défaut, qui nous permet d'avoir un autre point de vue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire