lundi 3 novembre 2014

[C'est lundi, que lisez-vous] Semaine du 27 octobre au 3 novembre



Lectures passées
Après avoir perdu son premier amour dans un accident, Camryn, 20 ans, plaque tout pour partir à l'aventure. C'est alors qu'elle rencontre Andrew, qui n'a pas été épargné par la vie lui non plus. Camryn a beau s'être juré de ne plus jamais tomber amoureuse, l'amour se révèle à elle sous de multiples facettes au cour de ce voyage. Un road trip improvisé qui marque le début d'une nouvelle existence exaltante. Mais l'insaisissable Andrew cache un secret qui peut les lier à jamais ou les détruire pour toujours...









Chronique en ligne sur le blog :


Marcel Pagnol raconte, en qualité de témoin, les personnages de son enfance et la vie de famille d'un instituteur d'Aubagne, qui va s'animer avec la location d'une bastide dans la garrigue de l'arrière-pays marseillais où ils vont passer les grandes vacances. Cette villa dont rêve Marcel depuis toujours se nommera la Bastide neuve, il y passera les plus beaux jours de sa vie.
On y voit comment le petit Marcel parvient à épanouir peu à peu sa personnalité, celle d'un fils aîné de Provence, passionné par la lecture et les aventures dans les collines, partagé entre son amour exclusif pour la belle couturière, éternelle jeune fille incarnée par Augustine, qui sera une mère tendre et discrète, et l'admiration pour son père, Joseph le maître d'école, anticlérical et anti-alcoolique, mais profondément humain.




Chronique en ligne sur le blog :


Céline est privée de nourriture, battue des années durant, enfermée. Elle craint chaque weekend pour sa vie, travaille, travaille encore, pour briller et jouer les pianistes prodiges en gardant le secret sur l'horreur de sa vie familiale et, autour d'elle, un silence assourdissant. Comment suspecter l'horreur de la servitude sous les atours de l'excellence ? L'exigence absolue de la perfection qui devient justification  de tous les excès et de tous les abus et qui mystifie l'entourage d'autant plus facilement que cette esclave n'est pas affectée à une tâche de souillon mais à une production artistique réservée aux élites ?






Chronique en ligne sur le blog :


Lecture en cours

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d'individu n'existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens de meurent pas non plus. Il sont "élargis". Tout comme le héros de cette histoire - un garçon de douze ans - le jeune lecteur brûlera de savoir qui se cache derrière ce terme si obscur.









Je n'aurai pas pensé prendre autant de plaisir à lire ce livre. La plume de l'auteur, ou en tout cas celle du traducteur est très particulière, et incroyablement agréable à lire. L'histoire en elle même est elle aussi super, bien loin de toute les dystopie que l'on trouve à l'heure actuelle ! Ce livre sent le coup de cœur à plein nez !


Lecture à venir




2 commentaires: