jeudi 15 mai 2014

[Chronique] "Muchachas"

Bonjour bonjour !

Souvenez vous, dans le précédent article concernant mes lectures, je vous disais que je publierai un article à chaque fin de mois pour résumer et donner mon avis sur toute mes lectures. Mais voilà... Nous ne sommes qu'à la moitié du mois, et j'ai déjà lu 7 livres et je suis en train de terminer mon huitième. Du coup, je vais vous faire des chroniques sur chaque livre lu, au moment ou je les aurai terminé. Ces articles n'auront pas d'introduction comme celle que je suis en train d'écrire, et paraîtront à n'importe quel moment de la semaine. Ils ne remplaceront pas un des articles du lundi, du mercredi ou du vendredi, ils feront partie des articles "bonus". Je pensais d'abord à ouvrir un autre blog, sur lequel vous auriez trouver uniquement mes chroniques lectures, mais finalement, je préfère tout publier ici, pour un soucis de gestion d'abord, et aussi parce que ce blog parle de toute les choses qui me constituent, et la lecture est ma plus grande passion, bien avant le maquillage et les soins. Si vous avez des questions, des suggestions de lectures ou autre, n'hésitez surtout pas à m'envoyer un mail à l'adresse indiquer dans l'onglet "Me contacter" en haut, sous la bannière du blog. 







Auteur : Katerine Pancol
Editeur : Albin Michel
Collection : -
Parution : 12 février 2014
Pages : 417
ISBN : 978-2-226-25444-3








Toutes les femmes de ce livre sont différentes. Elles viennent toute d'un milieu qui leur est propre, aucune n'a les même centre d’intérêts, et aucune ne vit de la même façon. Mais elles ont toute quelque chose en commun, un homme. Les femmes sont les héroïnes de ce roman, on y retrouve Joséphine et Hortense (cf Les yeux jaunes des crocodiles, La valse lente des tortues, et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi), et on y découvre une nouvelle histoire, celle de Stella. 

On débute l'histoire en y retrouvant Hortense et Gary (cf Les yeux jaunes des crocodiles, La valse lente des tortues, et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi), fidèle à eux même (je ne dévoilerai pas certains aspects de l'histoire, au risque de spoiler la première triologie parlant d'eux). Hortense est toujours en quête de la plus grande et de la plus glorieuse des carrière, et Gary, lui, est toujours aussi rêveur. On suit ensuite l'histoire de Joséphine, toujours rêveuse également, mais beaucoup plus forte qu'avant. Ces deux histoires ne constitue pas la plus grande partie de l'histoire.

La plus grande partie du livre raconte l'histoire de Stella, maman d'un petit Tom, qui se bat tous les jours contre plusieurs démons. Stella n'a pas eu une enfance heureuse, loin de la, et aujourd'hui, elle essaie tant bien que mal de rendre la vie de son fils moins brute que la sienne, et de "faire avec" son passé, en essayant non pas de l'oublier, mais de vivre avec.

Et les hommes dans tout ça ? Ils sont là. Présent dans chaque histoires, ils sont plus ou moins gentils, plus ou moins heureux, plus ou moins brute. Et finalement, ce sont eux qui mènent la danse, ce sont eux qui détiennent le destin de toute ces femmes entre leur mains...

Mon avis


Etant depuis très longtemps une grande fan de Katerine Pancol, j'ai été ravie quand j'ai appris qu'un nouveau livre sortait. En effet, je l'avais découvert avec "Les yeux jaunes des crocodiles", et entre temps, j'ai lu presque l'intégralité de son oeuvre. Quelle fut donc ma surprise quand j'ai appris que sa nouvelle histoire, "Muchachas" paraîtrait en 3 tomes !

J'ai beaucoup aimé ce livre. Je n'ai pas eu un coup de cœur, et d'ailleurs je ne lui ai accordé que 4 étoiles, mais je l'ai vraiment beaucoup aimé. On y retrouve la plume de Pancol, si simple, et si folle parfois ; et surtout, on y retrouve une histoire qui prend aux tripes.

Elle choisit très bien ses héroïnes, encore une fois, avec des femmes toute différentes, mais avec un combat en commun, les hommes. J'ai été surprise au début de retrouver Hortense, et je dois bien dire que c'est à cause de ça que le livre à perdu une étoile. En effet, je ne m'attendais pas à retrouver des personnages sur lesquels, je pensais, que l'on avait tout dit. J'ai eu peur de tomber dans le redondant, et ça c'est accentué au deuxième chapitre, dans lequel on parle de Joséphine. Mais finalement, ma peur c'est un peu allégée.

Des le troisième chapitre, on rencontre une jeune Stella, dont j'ai beaucoup aimé le personnage. Femme battante, qui arrive à vaincre ses peurs malgré qu'elles soient assez nombreuse (et on comprend très vite pourquoi), elle ne rechigne pas à la tâche et donne tout ce qu'elle peut pour permettre à son fils d'avoir une belle vie. On s'attache très vite à elle, on a souvent envie de la pousser à aller encore plus loin. Stella travaille d'arrache pied dans l'entreprise appartenant à la famille de sa copine, et on y découvre son passé. Stella vit une enfance très malheureuse, peuplé de violence conjugale et pas que. Très jeune, elle prend une décision que l'on imagine très difficile à prendre : partir de la maison et laisser sa mère au main de son bourreau. Souvent, on perçoit l'ombre d'un regret quand elle imagine ce qu'aurait été sa vie si elle n'avait pas pris cette décision. Et puis très vite, elle se reprend et essaie de vaincre ses peurs et ses regrets.

Ce roman est encore une fois très bien écrit. Il est accessible à tout le monde et se lit très rapidement. La typographie et la mise en page sont agréables, ce qui rend la lecture encore plus douce. Pancol porte des messages dans cette oeuvre, et on comprend beaucoup de chose. J'en suis ressorti plus forte, et aussi plus consciente de la chance que j'ai. On se retrouve forcément dans l'un des personnages à un moment donné, et une fois encore, Pancol sait nous toucher avec cette histoire.

Je lui aurait attribué 5 étoiles si l'auteur c'était contenter de nous faire rencontrer uniquement des nouveaux personnages, mais finalement, ce n'est pas un frein à la lecture et à l'appréciation de l'histoire.

"Les filles sont partout dans ce roman. Elles mènent la danse. De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami. Des filles qui inventent, s'enflamment, aiment. Des filles qui se battent pour la vie. Et les hommes ? Ils sont là aussi. Mais ce sont des Muchachas qui dansent, dansent, dansent. Elles font voler les destins en éclats. Et ça n'en finit pas !"


2 commentaires: